EXTRAIT DE L INTRODUCTION DE MA THESE : COMPRENDRE UN SYSTEME D’IMAGES ET DE DISCOURS A LA TELEVISION (1955-2007)

La Corse« la plus proche des îles lointaines », paraît très médiatique mais peut être, aussi, très méconnue. La Corse a eu une presse très développée puisque les Archives départementales ont recensé jusqu’à 480 titres, avec par exemple le développement de 80 titres rien que pour la période de l’Entre-deux-guerres ! De 1945 à 1995, le nombre de quotidiens français est passé de 203 (28 nationaux et 175 régionaux) à 67 (11 nationaux et 56 régionaux)[1]. Le doyen de la Presse française et européenne n’est-il pas à cet égard le Journal de La Corse qui paraît depuis le 1er novembre 1817 (un hebdomadaire qui sort aujourd’hui tous les vendredis) ?

Ainsi, depuis les années soixante s’est développée une presse écrite particulière, spécifique, militante, en langue, française et corse.

Le développement des médias audio-visuels ne pouvait que conforter cette appétence des insulaires pour l’information.

Que ce soit à travers l’actualité, souvent douloureuse, les médias contribuent à la construction d’un regard complexe surla Corseoù prédomine une image noire et négative, figée, héritage de constructions littéraires et cinématographiques.

 

C’est pourtant une île qui s’ouvre, qui fait preuve ces dernières années d’inventivité dans la création artistique, musicale ou littéraire. Un territoire dont les acteurs sociaux sont à présent, à la fois connectés sur le local et sur l’extérieur, sur la singularité et sur le monde.

Une île qui, à travers l’étude de ses références, de ses représentations, redécouvre son héritage méditerranéen. A travers le prisme de la télévision, cette filiation paraît évidente.

On connaît en effet la vision binaire que provoque la Corsedans les médias, soit une Corse de la violence et des affrontements soit une Corse des traditions et de la culture. Ce regard double rappelle celui que portent les médias surla Méditerranée, à la fois terre de conflits et terre de culture.

Etudierla Corsedans le domaine des sciences-humaines consiste alors à prendre en compte cette appartenance au monde méditerranéen.

 

Car la Méditerranée, au-delà de la vision idéale d’une mer intérieure qui relie les rivages et les civilisations, est avant tout un problème pour les sciences sociales [2] et un enjeu pour une Europe en construction, solidaire des pays du Sud. Ainsi, s’intéresser àla Méditerranée, c’est confronter des évolutions historiques, des strates de représentations littéraires ou figurées, des logiques d’États et des projets géopolitiques qui convergent ou s’opposent. Dans le bassin méditerranéen où s’affrontent des processus d’intégration et de segmentation, le questionnement concernant le rôle des télévisions reste entier.

 

Depuis les années 1990, la multiplication des chaînes de télévision et l’essor d’Internet ont modifié le rapport de nombreuses populations à l’information et transformé le paysage médiatique de certains pays, dans la mesure où ils introduisent d’autres modèles de communication. Certains analystes ont même considéré que la configuration médiatique était en train de modifier l’ordre des relations internationales.

Comment les télévisions participent-elles à la construction d’identités nationales, à la diffusion d’héritages ou à la perception des conflits ? Quels sont les écarts et les pratiques de réception des images télévisuelles ?

Cet intérêt et ce questionnement nouveau sont à l’origine de notre sujet qui s’intéresse plus particulièrement à l’espace télévisuel régional en France et en Méditerranée. En étudiant le regard de la télévision surla Corse, ce sujet se place au cœur des questionnements actuels de la recherche en sciences sociales.

 

ð Echelles d’analyse

 

Ce travail s’inscrit au carrefour de plusieurs notions.

Tout d’abord la conviction, déjà ancienne, qu’on ne peut faire l’histoire de la seconde  moitié du XXe siècle en ignorant la télévision. La place qu’elle a prise dans nos vies, les représentations qu’elle véhicule, les débats qu’elle suscite imposent à l’historien d’y prêter attention.

 

D’autre part l’étude des médias en Méditerranée est en plein essor. Les colloques et les ouvrages se sont multipliés. En est l’exemple, dans le cadre du réseau euro-méditerranéen RAMSES 2[3], le colloque qui s’est tenu à Casablanca en décembre 2006 sur « Médias et construction des identités collectives » ciblant les médias et les transformations du système international ; les pouvoirs et contre-pouvoirs médiatiques puis les médias et les imaginaires politiques [4].

Toutes ces initiatives sont significatives de la prise de conscience du pouvoir essentiel des médias pour comprendre le système de production d’images et des discours en Méditerranée ou les recompositions des espaces publics à l’échelle nationale ou internationale [5]..

 

Ainsi, les études sur la télévision se sont multipliées. En France, ces questions sont abordées depuis quelques années notamment la question des télévisions régionales. Une échelle d’analyse dans laquelle se place cette étude.

La télévision régionale en France, en effet, est aux prises avec un contexte particulier. Car il existe tout d’abord un problème lié à l’espace région en France selon Jérôme Bourdon : « Espaces sans cesse remodelés par l’histoire, les régions françaises sont filles de préoccupations politiques, culturelles, sociales, soudées par une histoire partiellement commune, parfois arbitrairement découpées… »[6].

A l’heure de la reconstruction d’après-guerre, alors que se dessine le règne de l’automobile, l’unité administrative départementale, conçue sous la Révolutionpour « permettre au citoyen d’aller jusqu’au chef-lieu et d’en revenir en une journée de cheval »[7], paraît obsolète. Un jeune énarque alsacien modèle (tout seul) le cadre des régions actuelles françaises. La Corse sera « rajoutée, en 1972, aux 21 Régions d’origine »[8].

La télévision s’inscrit alors dans ce schéma. Avec cette identité composite, des moyens trop longtemps limités, la télévision s’est imposée en une quarantaine d’années d’existence comme un acteur majeur de la vie régionale[9].

Concernantla Corse, l’histoire « mouvementée » de sa télévision régionale permet d’enrichir les recherches sur l’espace régional.

 

Car étudier l’exemple de la Corsepermet de mettre en avant les rapports de la télévision marseillaise avec une de ses périphéries les plus « contestataires » (celle-ci, ne l’oublions pas, ne sera définie comme une région qu’en 1972,[10] mais fera partie des stations de télévision dépendant de France 3 Méditerranée jusqu’en 1992).

Il s’agit donc pour nous d’analyser l’évolution de ces relations : comment « Marseille » est passée d’un stade de gestion du traitement médiatique en Corse (de 1963 à 1992) à un travail de collaboration avec l’antenne corse nouvellement autonomisée dans le cadre d’une ouverture sur la Méditerranée(1995 date de création du magazine Mediterraneo) ? En effet, désormais ces deux antennes régionales sont les principales représentantes de ce que l’on pourrait appeler une « télévision méditerranéenne » française.

Actuellement,la Corseest un lieu d’enjeu puisqu’elle devient progressivement avec Marseille le centre d’une nouvelle télévision, « faite » en Méditerranée, au rayonnement supranational.

Ceci représente par ailleurs une échelle d’analyse assez nouvelle car peu étudiée jusqu’à présent.

 

Enfin, notre travail constitue aussi une innovation dans le cadre de l’écriture de l’histoire dela Corse.Dansune île où l’histoire contemporaine s’écrit peu à peu, le prisme télévisuel permet de renouveler les questionnements sur l’histoire immédiate, encore « brûlante ». Dans un espace en pleine mutation, la question du regard sur soi est d’ailleurs un enjeu majeur.

Par conséquent, l’on peut affirmer que l’étude des représentations dela Corseà la télévision s’inscrit dans plusieurs cadres : un cadre régional, un cadre national et un cadre méditerranéen. C’est dans cette perspective que nous avons voulu placer notre réflexion.

 

ð Positionnements chronologiques

 

Outre des échelles d’analyse multiples, ce travail s’inscrit sur la longue durée soit, de la première diffusion d’une émission télévisée surla Corseen 1955, à 2007 date de l’inauguration de la chaîne France 3 Corse Via Stella à vocation méditerranéenne.

Afin de mieux cerner en quoi ces dates sont pertinentes, nous allons proposer ici un cadre chronologique retraçant trois temps forts de l’évolution des représentations télévisuelles concernantla Corse : le moment où l’on passe de la recherche d’une identité télévisuelle spécifique à l’affirmation de cette identité médiatique, puis à une ouverture de plus en plus importante sur l’espace méditerranéen.

 

L’élaboration d’un système de représentation télévisuel concernantla Corseest donc constituée de plusieurs phases :

 

– Une première phase, allant de 1955 à 1965, où la Corseest peu présente à l’antenne où une image figée et traditionnelle domine. Des magazines traitent alors de sujets concernant principalement le folklore et les traditions. Ils émanent parfois d’émissions à succès comme 5 Colonnes à la Une par exemple. Ce manque « d’intérêt » pour l’île concerne aussi le traitement de l’information régionale.

 

– 1965 constitue une rupture dans ce premier traitement de l’île. Une série d’événements permettent aux médias de prendre conscience des réalités insulaires. La télévision renvoie de l’île désormais une image conflictuelle et violente.

 

– Enfin, la troisième phase est marquée par la création d’une télévision régionale corse. En 1982, France 3 Corse devient une antenne autonome de la direction marseillaise. Le Journal Télévisé Corsica sera est inauguré le 16 décembre 1982[11]. Une période d’innovations télévisuelles s’ouvre en Corse.

 

– Enfin, la dernière phase est celle de l’ouverture vers la Méditerranée. Depuis1995, la télévision corse jouit d’un rayonnement plus grand en s’imposant comme un des centres de développement d’une télévision « ouverte » sur le bassin méditerranéen, grâce au magazine Mediterraneo qui « dévoile la Méditerranée non pas comme un antique creuset des cultures européennes mais comme le point de convergence de trois continents »[12]. Cette réalisation innovante est une coproduction dela RAI, de France 3 Méditerranée et de France 3 Corse.

Ce projet ouvre alors de nouvelles perspectives à France 3 Corse qui aboutissent à la création d’une chaîne câblée Via Stella en 2007.

Ainsi, ces différentes phases permettent d’intégrer cette thèse de doctorat dans une histoire globale de la télévision en France et en Méditerranée.

 

ð Positionnements méthodologiques 

 

La démarche de ce travail est avant tout historique. Le but n’est certes pas de faire, ni d’ébaucher une histoire de la télévision en Corse, mais à travers quelques exemples et en se plaçant sur une durée qui court ici sur un demi-siècle, de se lancer dans la quête de la genèse puis de la fabrique des regards que la télévision a contribués à mettre en place. Cette approche historique se veut aussi pluridisciplinaire puisqu’il s’agit de nous confronter aux autres sciences sociales mais aussi de dialoguer avec les professionnels de l’image.

 

Grâce à ces divers éléments, nous allons tenter de comprendre comment des magazines et documentaires ont pu jouer un rôle dans la construction des identités collectives à l’intérieur de l’espace méditerranéen. Pour cela, nous avons fait le choix de magazines et de documentaires qui donnent à voir des images globales dela Corse.

Par ailleurs, le choix de ces « genres » télévisuels est lié à leur complémentarité. Le magazine est « un genre hybride » alors que le documentaire, plus complet, est en prise avec le réel[13]. Cette diversité de point de vue nous permettra de pouvoir porter un regard général à la fois économique, social, politique et culturel sur l’île.

Au-delà du seul prisme de la violence, nous chercherons à valoriser des visions décalées et fondatrices d’une autre Corse qui fait lien.

Plusieurs pistes de recherche sont alors envisagées : tels que les héritages mémoriels de l’imaginaire méditerranéen, les constructions institutionnelles de l’espace télévisuel en Europe et dans l’arc méditerranéen…

 

Ainsi, cette thèse de doctorat débute par une approche générale qui dresse un état des lieux de la recherche surla Corseet le monde méditerranéen. Cette première partie nous permet aussi de livrer une première analyse de notre corpus en liaison avec les outils de l’Inathèque de France.

La seconde partie de notre étude traite de l’étude des représentations dela Corseà la télévision, entre motifs traditionnels (folklore et traditions) et éléments de rupture (violence et conflits).

Puis nous mettrons l’accent dans une troisième partie sur la construction mémorielle des imaginaires politiques et culturels qui permettent de constituer un traitement médiatique corse. Nous étudierons, par la suite, l’ouverture vers l’autre et à un espace télévisuel de coopération méditerranéenne.

Enfin, la dernière partie offre des entrées sur le monde professionnel et sur le ressenti des téléspectateurs corses face à une image actuelle de l’île complexifiée et brouillée.


[1] S. Halimi, Les nouveaux chiens de garde, Editions. Liber-Raisons d’agir, Paris, 1997.

[2] P. Balta, Méditerranée, défis et enjeux, Les cahiers de Confluences, l’Harmattan, Paris, 2000, p. 20.

[3] Le Réseau d’Excellence des centres de recherche en sciences humaines surla Méditerranée (Ramses²) est un réseau international de recherche en sciences humaines et sociales. Il rassemble, dans l’espace euro-méditerranéen, 33 institutions de recherche et différents laboratoires du CNRS. Il s’inscrit dans le cadre de la politique européenne de la recherche (6e PCRD) et il est financé, pour quatre ans, parla Commission européenne à hauteur de 3,4 millions d’euros.La Maison Méditerranéenne des Sciences de l’Homme d’Aix-en-Provence est l’institution scientifique chargée de la coordination du réseau.

[4] K. Mohsen-Finan, Les Médias en Méditerranée, nouveaux médias, monde arabe et relations internationales MMSH, Actes Sud, Barzackh, Arles, 2009.

[5] F. Mermier (dir.), Mondialisation et nouveaux médias dans l’espace arabe, MOM, Parsi, Maisonneuve et Larose, Lyon, 2003.

[6] J. Bourdon et C. Méadel, Les Écrans de la Méditerranée, Histoire d’une télévision régionale, 1954-1994, l’INA, Éditions Jeanne Laffitte, Marseille, 1994, p. 10.

[7] « La Région, c’est lui (Serge Antoine) », Corse Matin, 28/03/04.

[8] Idem.

[9] J. Bourdon et C. Méadel, Les Écrans de la Méditerranée, Histoire d’une télévision régionale, 1954-1994, op. cit., p. 10.

[10] « La Région, c’est lui (Serge Antoine) », Le Corse Matin, le 28/03/04.

 

[11] J. Bourdon et C. Méadel, Les Écrans de la Méditerranée, Histoire d’une télévision régionale, 1954-1994, op. cit., p. 70.

[13] D. Leoni, La Méditerranée au regard de la télévision française : les représentations de la Méditerranée à la télévision, mémoire de maîtrise d’histoire, Université de Provence, 2000, p. 20.


lisa

Ingénieur de recherche (contractuelle) à l’UMR CNRS 6240 LISA, Université de Corse Pasquale Paoli pour le projet M3C (Médiathèque Culturelle de la Corse et des Corses) au sein du thème de recherche ICPP (Identité et Culture : les Processus de Patrimonialisation), Lisa D’Orazio a travaillé sur les films amateurs à la Cinémathèque de Corse à la suite d’un Post-doctorat à l’UMR CNRS 6240 LISA de l’Université de Corse mené sous la direction de Mme le Professeur Dominique Verdoni. Docteur en histoire, elle a soutenu sa thèse, sous la direction de Mme le Professeur Maryline Crivello et M. le Professeur émérite Bernard Cousin, intitulée « La Corse au petit écran. Construction d’une identité en Méditerranée : imaginaire, culture et politique (1955/2007) » à l’Université de Provence en 2009.

More Posts

Publié par

lisa

Ingénieur de recherche (contractuelle) à l’UMR CNRS 6240 LISA, Université de Corse Pasquale Paoli pour le projet M3C (Médiathèque Culturelle de la Corse et des Corses) au sein du thème de recherche ICPP (Identité et Culture : les Processus de Patrimonialisation), Lisa D’Orazio a travaillé sur les films amateurs à la Cinémathèque de Corse à la suite d’un Post-doctorat à l’UMR CNRS 6240 LISA de l’Université de Corse mené sous la direction de Mme le Professeur Dominique Verdoni. Docteur en histoire, elle a soutenu sa thèse, sous la direction de Mme le Professeur Maryline Crivello et M. le Professeur émérite Bernard Cousin, intitulée « La Corse au petit écran. Construction d’une identité en Méditerranée : imaginaire, culture et politique (1955/2007) » à l’Université de Provence en 2009.

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *