Représentation et place des femmes à la TV en Corse :

La disparition d’une société agropastorale a modifié aussi les comportements familiaux des Corse. Les femmes ont vu, tout au long du XXe siècle dans l’île, leur condition évoluer. L’image d’une femme corse, décrite tantôt comme une esclave soumise à la tyrannie d’un rustre, tantôt comme une maîtresse femme régnant avec autorité sur une nombreuse tribu où domine l’élément masculin, est devenue obsolète[1]. Cette évolution a cependant pris un certain temps. Jusqu’à une époque récente, sociologiquement, la femme corse est toujours restée en retrait de la vie publique, et même professionnelle. Elle a été la dernière de France à rentrer sur le marché du travail, avec vingt ans de retard sur le continent : en 1975, 25,4% seulement des femmes en âge de travailler étaient actives contre 52,2% en 1999 (recensement Insee)[2]. A la télévision, aussi, les femmes sont absentes et dans les rangs des journalistes et à l’écran. Il existe en effet peu d’émissions sur la femme corse. De plus, ce qui est frappant c’est que, durant de longues années, les femmes ont été très rarement interrogées lors d’émissions surla Corse comme si leur parole avait moins de poids.


  • Premiers regards sur la femme corse

Les premières fois que l’on s’intéresse à la femme corse, à la télévision régionale, sont datées. Il s’agit de deux reportages du Spécial Corse : le n°13 du 21/04/71 : Les femmes en Corse et le n°9 du 26 et 28 février 1977 : Maratu : La femme corse)[3]. Cette émission met à jour un certain nombre de stéréotypes concernant la femme corse. Elle y est présentée à la fois comme une « pasionaria », une « héroïne », et surtout une « figure maternelle » à travers le portrait de femmes historiques et de figures modernes héritières de ce passé.

Ainsi, le n°13 du Spécial Corse dresse un portrait de ces femmes corses « par excellence » de Letizia Bonaparte, mère courage de Napoléon à Colomba, gardienne des traditions, en passant par ces femmes anonymes qui ont joué un rôle politique sous Pascal Paoli, car les veuves avaient le droit de vote dans l’éphémère gouvernement du Général de la « Nation Corse »[4]. Le but du reportage, par la suite, est d’aller à la rencontre des femmes des années 1970, qui commencent à s’émanciper pour savoir comment elles vivent cet héritage et leur condition de femmes de Corse.

Plusieurs personnalités sont interrogées comme Félicia Ramaroni, adjointe au maire d’Ajaccio, ou Mme Secondi, maire qui incarnent ces femmes corses qui n’hésitent plus à s’investir sur la scène publique. Cependant, certaines femmes semblent rester encore prisonnières de la tradition, comme Mme Casalonga qui se conforme aux usages d’antan et à la vie rude du village. Ce reportage montre le double visage d’une Corse qui évolue mais qui reste attachée à ses traditions. Ce type de sujets permet de se rendre compte des évolutions d’une société qui tend peu à peu à se rapprocher du modèle national.

  • La femme corse : gardienne de mémoire

 

Jusqu’aux années 1980, les femmes corses apparaissent à la télévision rarement. L’image de la femme corse est marquée à la télévision ; elle s’apparente à celle de Colomba, que le film d’Ange Casta[5] à la fin des années 60 avait remise au goût du jour.

Ainsi, lorsqu’elles apparaissent à la télévision, c’est surtout dans des sujets concernant la tradition et la transmission de la mémoire collective[6]. Elles apparaissent alors clairement comme un vecteur de cette transmission. Légendaire montre bien cette tendance. Cette émission des années 70 (que nous traiterons par la suite) qui évoque les légendes et les traditions insulaires, médiatise en majorité des femmes dont deux sœurs âgées de Propriano qui apparaissent, vêtues de noir, dernières gardiennes d’une mémoire qui s’éteint.

Aujourd’hui encore, cette fonction de gardienne de la mémoire est présente à la télévision, comme on peut le voir dans le magazine Orizonti sur les légendes en Corse. Dans ce documentaire, nous nous apercevons alors que les femmes sont très représentées et que la fonction de conteuse est souvent féminine. Francette Orsoni, conteuse et Fabienne Maestracci, écrivaine, qui a publié un recueil de contes corses racontent ces légendes et tentent de les transmettre chacune à leur manière. Une volonté de transmission qu’elles partagent avec leurs ancêtres.

 

Á côté de ça, les femmes s’inscrivent rapidement dans le « Riacquistu » et y prennent une place importante. Elles sont chanteuses, écrivains, poètes. La télévision à la fin des années 70 va faire une place à ces artistes. Le public insulaire découvre alors les Duie Patrizie (les deux Patricia), Patrizia Poli et Patrizia Gattacecca (La place des femmes dans la chanson corse, Oghje in Corsica, 05/04/2005, Patrizia Gattaceca, Ghjenti, 05/06/2005) ou encore la chanteuse Jackie Micaelli, (Di Casa, 30/01/1988)[7].

Mais, cette implication des femmes dans le « Riacquistu » apparaît pour la première fois dans le film documentaire L’âme corse de Louis Panassié. Celui-ci interviewe trois générations de femmes de Sartène, la grand-mère, la mère et la fille, aux vies dissemblables. Le réalisateur évoque ces trois destins de femmes comme un exemple de l’évolution de la condition féminine en Corse : la grand-mère qui n’a connu qu’une vie difficile de travail, la mère institutrice qui a toujours voulu travailler et être indépendante et enfin la fille, qui elle, se reconnaît dans le « Riacquistu » et veut s’impliquer à faire évoluer son île. Mais ces trois générations ont en commun un amour immodéré pourla Corse et ses traditions qu’elles se transmettent de mère en fille.

 


  • Faire évoluer cette image

 

Au niveau régional, l’image des femmes à la télévision va évoluer grâce à l’initiative de l’équipe de Sampiero Sanguinetti. En effet, celui-ci nous déclarait dans un entretien, que pour lui-même, ainsi que pour les journalistes Danielle Jeammet et Jean-Marc Leccia : « il s’agissait d’un souci constant », et de plus il y avait des difficultés à trouver des femmes journalistes ». A l’époque, on comptait très peu de femmes à la station, outre Danielle Jeammet et Angelina Risterucci[8]. Comme le dit Sampiero Sanguinetti « Il fallait faire bouger les choses, donner la parole à ceux qui jusqu’alors ne l’avaient pas eue »[9].

Outre une émission radio de Danielle Jeammet Féminoscope qui fit grand bruit, à la télévision, des magazines et des documentaires traitent alors de cette évolution de la condition féminine.

 

Dans les années 80, l’évolution de la place des femmes est donc plus accentuée dans le domaine familial et celui du travail. Des reportages sont alors effectués sur le taux d’activité des femmes qui démontrent cette évolution comme le Di Casa 26 mars 1985, Population de la Corse, étude de l’INSEE sur son profil économique[10]. Jacqueline Artiguebielle, responsable INSEE affirme dans ce reportage que « Beaucoup plus de femmes travaillent. Pourtant, en Corse, le taux d’activité féminin reste le plus bas de toutes les régions françaises, malgré une forte progression. Quatre emplois sur dix sont occupés par des femmes. Elles sont aussi très touchées par le chômage et la précarité de l’emploi »[11]. Une  thématique toujours d’actualité puisque, ces dernières années, des reportages ont été diffusés sur ce sujet comme Statistiques sur l’emploi des femmes en Corse, Noi, 19/06/2002[12].

 

De même, à cette époque, certaines femmes commencent à s’investir aussi bien dans le culturel que le politique. Cependant, elles restent peu nombreuses à l’assemblée de Corse, ou dans les mairies. La télévision revient sur cet état de fait notamment sur la parité hommes femmes pour les législatives, Noi, 29/05/2002 et Parité hommes femmes en Corse, Merci pour l’info, 17/11/2003, Territoires n°262 : Les Femmes élues de L’Assemblée de Corse du 31/03/2000[13]. Le mouvement nationaliste aussi s’est ouvert aux femmes. Des femmes ont en effet rejoint ce mouvement, comme Victoire Canale, militante nationaliste puis initiatrice du Manifeste pourla Vie.

 

  • Femmes et violence

 

Cependant, si cette entrée dans la vie politique reste mesurée, les femmes sont les premières à se mobiliser contre la violence[14]. Ainsi, à l’époque des fêtes de fin d’année 1994, alors que de nombreux meurtres politiques et de droit commun endeuillentla Corse, une trentaine de femmes se réunissent alors à Bastia et rédigent un manifeste faisant état de leur révolte face à la situation de violence et de terreur et à la politique menée par le gouvernement français quant à la « question corse ». En 1995, elles commencent à mener un travail de sensibilisation en milieu scolaire, dans les quartiers et les lieux publics sur les problèmes de la violence, organisent des rencontres avec les appareils judiciaires, et animent des débats, ainsi en 1996, dans le cadre du festival Trans-Méditerranée, avec des femmes siciliennes en lutte contrela Mafia, des femmes algériennes… syndicalistes, journalistes, juristes…

Ces femmes font alors l’objet de multiples reportages où on les compare aux femmes siciliennes qui luttent contre la Mafia(Femmes corses : halte à la violence, Bas les masques, 17/01/1996, A la rencontre des femmes corses, Estivales, 31/07/1996)[15].

 

Cette thématique, intéresse particulièrement la télévision nationale qui salue le courage de ces femmes méditerranéennes qui luttent contre la violence. A la fin des années 90, l’on trouve sur les chaînes hertziennes de nombreux reportages sur ce mouvement qui a pu rassembler parfois jusqu’à 40 000 personnes dans les villes corses. Nous pouvons évoquer en outre le débat au Cercle de minuit le 16/04/1997, les femmes corses avec Victoire Canale, qui permet pour la première fois à la télévision de donner la parole aux insulaires sur cette violence qu’ils vivent au quotidien et cela avec une grande liberté de ton[16].

 

Mais le reportage qui reste le plus marquant est celui réalisé par Arte : La mort dans l’âme : paroles de femmes Corses diffusé le 17/05/1997[17]. Réalisé par Milka Assaf, ce documentaire revient sur le désarroi de ces femmes qui ont perdu un compagnon, un père, un frère ou un ami lors de la guerre entre nationalistes. Elles ne sont pas toutes membres du Manifeste mais sont favorables à la démarche, même si elles émettent quelques critiques. Ce documentaire émouvant cherche à comprendre le rôle de ces femmes face à la violence.

 

Le documentaire démarre sur une image forte : celle de femmes qui fleurissent des tombes. Le commentaire appuie cette ambiance morbide « L’histoire de la Corse comme celle de la Méditerranée est une histoire de violence fratricide et de guerres »[18]. Une de ces femmes qui se recueillent, Angèle Battestini confirme cette atmosphère de mort : « Ici, on vit avec le passé » et montrant sa dernière demeure affirme : « c’est le seul bout de Corse que l’on possède »[19].

Dès les premières images, le réalisateur tente d’établir la force du rapport entre les femmes et la mort. Angèle, sa mère et sa fille expliquent alors que la mort est présente au quotidien dans l’esprit de la femme corse et méditerranéenne. La grand-mère l’affirme en disant : « Je n’ai jamais aimé le noir, pourtant on a tellement porté le noir, jeune. Pour moi, une fois qu’on est mort, on est mort mais on pense à cela chaque jour »[20]. Angèle renchérit : « Assassinats, accidentés de la route, nos filles ont vu beaucoup de morts »[21]. Ce à quoi Serena, la fille d’Angèle, d’une vingtaine d’années qui a vu des camarades mourir réplique : « Les Corses s’entretuent et ça fait mal. Cependant le Manifeste n’a pas allumé une bougie pour tous les morts. C’est injuste »[22].

 

Cette séquence fait le lien avec une séquence suivante où la voix-off évoque tous les règlements de compte qui ont eu lieu depuis quelques années. Chaque assassinat évoqué ponctue par la suite le reportage ainsi que des manifestations du Manifeste pour la vie.

Le reportage part ensuite à la rencontre d’une autre femme en deuil, Laurence Mariani, maire de Soveria dont le fils, ancien maire, a été assassiné. Celle-ci se recueille devant la tombe de son fils : « En 1990 mon fils a été tué devant la maison à Soveria. J’ai de la haine dans le cœur, je ne sais pas qui a tué mon fils. Depuis la mort de mon fils, j’ai perdu la foi »[23].

 

Un constat est partagé par toutes ces femmes, c’est l’inutilité de la violence : « Nous, si on s’est rebellé, c’est qu’il y avait des magouilles au sein des milieux nationalistes » dit Angèle[24]. Serena, sa fille, renchérit : « Les milieux nationalistes, c’est trop pourri ! »[25]. Pour Angèle, cette violence a renforcé le culte de la mort  « Ma génération n’a plus le culte de la mort, pourtant les jeunes l’ont. On dit maintenant : s’il est mort, c’est qu’il a fait quelque chose. Aujourd’hui, on s’élève contre ça ! J’ai peur que tous ces jeunes soient morts pour rien. Nous, on a connu la prison, cette génération de jeunes a connu la mort. On n’oubliera pas nos morts »[26].

Ce regard de femme se heurte à celui de certains hommes qui n’envisagent pas l’arrêt de la violence : « S’il n’y avait pas de violence, il y aurait de la décadence, on ne pourrait pas changer ça ! »[27].

 

Si la violence est la toile de fond de ce reportage, il s’agit pour le réalisateur de montrer avant tout des portraits de femmes qui se battent pour faire évoluer la société corse. En est l’exemple, cette syndicaliste de Bastia qui travaille dans les quartiers populaires : « La misère existe chez nous aussi, alors, le combat pour la corsitude n’est pas le plus important. J’aime bien les légendes, les polyphonies. Je parle corse de façon viscérale mais je n’ai jamais pensé que la culture, c’est la Corse, la culture est l’échange entre les civilisations. Ce que j’aime en Corse c’est le mode de vie qu’on a. Je ne suis pas passéiste. Je suis citoyenne du monde, alors mourir pour des idées, non ! »[28].

 

Le documentaire nous montre alors que ces femmes militent autrement que les hommes avec l’exemple de la chanteuse Patrizia Gattacecca, militante culturelle : « Á l’époque où j’ai pris ma guitare, c’était le Riacquistu. Pendant ces années-là, on s’est aperçu qu’on perdait des choses. Á 17 ans, j’ai fait du chant alors qu’il n’y avait que des hommes car la culture et la politique étaient liées. Je suis une nationaliste de la première heure. Aujourd’hui, je milite par le biais de l’écriture mais je ne me reconnais dans aucun mouvement. On est des gens qui vivons notre histoire mais le climat de violence nous perd. Je suis partie du manifeste car je voulais m’exprimer dans un domaine différent. Je trouve qu’on ne doit pas aller dénoncer les gens, c’est la justice qui doit faire son travail. Ne pas accepter les pressions, c’est du militantisme »[29].

La mairesse de Soveria, elle, milite pour que la justice soit faite : « Je suis devenue maire pour faire avancer l’enquête sur l’assassinat de mon fils. Je ferai tout ce que je peux, je me battrai »[30]. Ce portrait de femmes corses, loin des stéréotypes, reste encore une chose rare à la télévision.

 

Cependant, ces dernières années, les reportages aux sujets difficiles sur les femmes n’ont pas manqué. Nous pourrions citer un reportage sur les femmes de prisonniers politiques (Le CAR (Comité anti-répression) dénonce le cas de Femmes de prisonniers assignées à résidence, Noi, 23/09/2002) ou encore un reportage qui a fait grand bruit en 2008 réalisés par Jackie Poggioli sur les femmes battues dans le magazine Ghjenti en Corse[31]. C’était la première fois que l’on réalisait un tel reportage à la télévision régionale. Les documentaires historiques sur les femmes ont aussi fait depuis quelques années leur apparition (Les femmes en résistance, Territoires, 25/05/2001)[32].

En2009 aété diffusée à la télévision un documentaire de Dominique Thiery sur les femmes corses. Elle est allée à la rencontre de femmes impliquées dans le politique ou encore le culturel. Ces initiatives permettent un certain renouveau dans la façon de présenter les femmes d’aujourd’hui.

 

Mais, l’image de la femme corse reste avant tout l’image de la femme que l’on se figure en Méditerranée. A savoir, l’image d’une femme engagée contre la violence, mais aussi une femme militante gardienne de la mémoire. Mais la condition féminine reste cependant taboue.


[1] G. Ravi-Giordani, « La femme dans la société traditionnelle corse », in Femmes Corses et Femmes Méditerranéennes, Actes du Colloque de Bastia, Etudes Corses, 1974, n° 5-6, 1976, p.19.

[2] J-M. Arrighi, O. Jehasse, Histoire de la Corse et des Corse, op.cit., p.485.

[3] Annexes.

[5] Voir Personnalités.

[6] G. Ravis-Giordani, « La femme corse, images et réalités » in Pieve è Paesi, Edition du CNRS, Marseille, 1978, p.191.

[7] Annexes.

[8] Entretiens.

[9] Idem.

[10] Annexes.

[11] Idem.

[12] Idem.

[13] Idem.

[14] A. Jaffe, « La femme, le mot et le pouvoir en Corse », Méridiens, n° 13-14, 1991.

[15] Annexes.

[16] Idem.

[17] Idem.

[18] Idem.

[19] Idem.

[20] Idem.

[21] Idem.

[22] Idem.

[23] Idem.

[24] Idem.

[25] Idem.

[26] Idem.

[27] Idem.

[28] Idem.

[29] Idem.

[30] Idem.

[31] Idem.

[32] Idem.


lisa

Ingénieur de recherche (contractuelle) à l’UMR CNRS 6240 LISA, Université de Corse Pasquale Paoli pour le projet M3C (Médiathèque Culturelle de la Corse et des Corses) au sein du thème de recherche ICPP (Identité et Culture : les Processus de Patrimonialisation), Lisa D’Orazio a travaillé sur les films amateurs à la Cinémathèque de Corse à la suite d’un Post-doctorat à l’UMR CNRS 6240 LISA de l’Université de Corse mené sous la direction de Mme le Professeur Dominique Verdoni. Docteur en histoire, elle a soutenu sa thèse, sous la direction de Mme le Professeur Maryline Crivello et M. le Professeur émérite Bernard Cousin, intitulée « La Corse au petit écran. Construction d’une identité en Méditerranée : imaginaire, culture et politique (1955/2007) » à l’Université de Provence en 2009.

More Posts

Publié par

lisa

Ingénieur de recherche (contractuelle) à l’UMR CNRS 6240 LISA, Université de Corse Pasquale Paoli pour le projet M3C (Médiathèque Culturelle de la Corse et des Corses) au sein du thème de recherche ICPP (Identité et Culture : les Processus de Patrimonialisation), Lisa D’Orazio a travaillé sur les films amateurs à la Cinémathèque de Corse à la suite d’un Post-doctorat à l’UMR CNRS 6240 LISA de l’Université de Corse mené sous la direction de Mme le Professeur Dominique Verdoni. Docteur en histoire, elle a soutenu sa thèse, sous la direction de Mme le Professeur Maryline Crivello et M. le Professeur émérite Bernard Cousin, intitulée « La Corse au petit écran. Construction d’une identité en Méditerranée : imaginaire, culture et politique (1955/2007) » à l’Université de Provence en 2009.

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *