Drogue : du tabou à la surmédiatisation

Ces derniers mois, les médias évoquent sans tabou le problème de la drogue et des jeunes. Un constat qui n’est certes pas nouveau mais qui fut, pendant longtemps, dérangeant. En effet, on a longtemps pensé et affirmé que l’île était à l’abri des fléaux comme la drogue et le sida. Pour s’apercevoir, en fin de compte, que la jeunesse corse payait à l’un comme à l’autre un lourd tribut « caché ». La découverte de cette forme de normalisation, accentuée par la télévision a constitué un véritable traumatisme pour cette société insulaire qui, si elle commençait à douter d’elle-même et de la permanence de ses valeurs, s’est pourtant crue longtemps à l’abri de ces dérives. Ainsi, très peu de médias ont réalisé des reportages sur ces questions avant les années 2000. Très courageusement pourtant le périodique Kyrn avait tiré la sonnette d’alarme au début des années 1980. C’était d’autant plus méritoire que dans une société encore attachée aux valeurs traditionnelles, avec des nationalistes luttant contre ces « paradis artificiels », ces « drogués » n’étaient pas pour le Kyrn des marginaux, des étrangers, des hippies mais de jeunes insulaires déjà touchés par un mal-être. Un mal-être que l’on évoque aujourd’hui sans retenue et qui fait la une des radios, de la presse et qui semble à cette veille d’échéances politiques s’inviter dans le débat. Pourtant, aujourd’hui encore, il semble que ce qu’il manque dans ces médias, en effectuant un décryptage sommaire du flot d’informations concernant cette question, c’est de la chair, du témoignage. La drogue chez les jeunes en Corse, ce « fléau » est encore peut être trop effleuré, pas assez fouillé. Si une étape a été franchie : on a posé un doigt sur le problème. Ne faut-il pas désormais donner la parole aux premiers concernés ?


lisa

Ingénieur de recherche (contractuelle) à l’UMR CNRS 6240 LISA, Université de Corse Pasquale Paoli pour le projet M3C (Médiathèque Culturelle de la Corse et des Corses) au sein du thème de recherche ICPP (Identité et Culture : les Processus de Patrimonialisation), Lisa D’Orazio a travaillé sur les films amateurs à la Cinémathèque de Corse à la suite d’un Post-doctorat à l’UMR CNRS 6240 LISA de l’Université de Corse mené sous la direction de Mme le Professeur Dominique Verdoni. Docteur en histoire, elle a soutenu sa thèse, sous la direction de Mme le Professeur Maryline Crivello et M. le Professeur émérite Bernard Cousin, intitulée « La Corse au petit écran. Construction d’une identité en Méditerranée : imaginaire, culture et politique (1955/2007) » à l’Université de Provence en 2009.

More Posts

Publié par

lisa

Ingénieur de recherche (contractuelle) à l’UMR CNRS 6240 LISA, Université de Corse Pasquale Paoli pour le projet M3C (Médiathèque Culturelle de la Corse et des Corses) au sein du thème de recherche ICPP (Identité et Culture : les Processus de Patrimonialisation), Lisa D’Orazio a travaillé sur les films amateurs à la Cinémathèque de Corse à la suite d’un Post-doctorat à l’UMR CNRS 6240 LISA de l’Université de Corse mené sous la direction de Mme le Professeur Dominique Verdoni. Docteur en histoire, elle a soutenu sa thèse, sous la direction de Mme le Professeur Maryline Crivello et M. le Professeur émérite Bernard Cousin, intitulée « La Corse au petit écran. Construction d’une identité en Méditerranée : imaginaire, culture et politique (1955/2007) » à l’Université de Provence en 2009.

Une réflexion au sujet de « Drogue : du tabou à la surmédiatisation »

  1. Les drogues sont une catastrophe pour notre société. Voici un témoignage que j’ai récolté d’un miraculé qui a

    réussi l’improbable, il s’est sortie des drogues depuis 25 ans et n’y a plus jamais retouché. Il n’était pas un

    « simple drogué », il a réellement suivi la spirale descente et comme il le dit lui-même

    « De 1980 à 1986, j’ai vécu une descente en enfer sans pouvoir m’en échapper.
    En quelques mois, j’ai commencé par fumer du shit, de l’herbe, puis rapidement j’ai sniffé de l’héroïne. Eté 1980,

    le sniff a rapidement perdu son effet alors j’ai utilisé l’injection d’héroïne puis les mélanges héroïne/ cocaïne (plus

    connu sous le nom de speed Ball). J’ai pris de tout : des acides, des champignons hallucinogènes, des

    médicaments, etc. Et bien sûr, plus j’en prenais moins l’effet était ressenti alors la dose devait augmenter. Une

    spirale incroyablement vicieuse… »

    Vous pouvez lire le témoignage complet ici :

    http://fleausolution.com/2011/11/un-accro-aux-drogues-dures-sen-sort-grace-a-narconon/

    Personnellement, je lui tire mon chapeau… S’il y en avait plus comme lui, la société ne serait surement plus la

    même. Merci à lui pour le courage et la joie de vivre qu’il communique…

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *