Précarité : La Corse, terre de solidarité ?

L’expulsion qui a eu lieu, dernièrement, dans le squat du Finosello permet de mettre le doigt sur un sujet dérangeant, à savoir la question de la paupérisation dans une île touchée par la crise. Mais surtout, ce contexte soulève l’interrogation suivante : la Corse est-elle encore une île de solidarité ? L’imaginaire et les mythes transmis par notre mémoire collective comme l’importance de la famille, le sens de l’honneur et la solidarité sont-ils encore vivaces ? Ou ont-ils subi les assauts de la mondialisation ? En clair, était-ce mieux avant ? Les insulaires, il est vrai, restent attachés à cette valeur d’entraide. Certains la feraient même remonter à la Préhistoire. Qui n’a jamais entendu la légende de la Dame de Bonifacio, handicapée, prise en charge par la communauté ?
De nos jours la situation est complexe. Il faut en effet savoir que de nombreuses personnes en Corse sont frappées durement par la crise. Les jeunes et les femmes, les mères célibataires sont les plus touchés par une crise qui a, effectivement, bien atteint la Corse. Pourtant, il est difficile encore chez nous d’aborder ces sujets dans les médias et chez les politiques. La fameuse « entraide » corse servirait-elle alors de « cache-misère ». En effet des voix dissonantes se font entendre. Les professionnels qui travaillent dans le social, les associations tirent pourtant la sonnette d’alarme. La Corse, comme ils l’affirment est soumise aux mêmes difficultés que le Continent. Ici aussi la solitude et la misère sont présentes et sont désormais de moins en moins cachées. A cet égard, est éloquent le cas de la structure Stella Maris, gérée par la Falep. Cette structure d’accueil pour SDF est de moins en moins tolérée dans un quartier d’Ajaccio pour son « voisinage » et « ses désagréments occasionnés » par un public supposé « aviné ». Au XIXe siècle on se protégeait des « classes dangereuses », aujourd’hui peut-on, sereinement, regarder et faire voir les misères de nos sociétés ? La solidarité est-elle toujours manifeste ? Le discours sur ces sujets, reste encore convenu : la peur d’un constat d’échec ?


lisa

Ingénieur de recherche (contractuelle) à l’UMR CNRS 6240 LISA, Université de Corse Pasquale Paoli pour le projet M3C (Médiathèque Culturelle de la Corse et des Corses) au sein du thème de recherche ICPP (Identité et Culture : les Processus de Patrimonialisation), Lisa D’Orazio a travaillé sur les films amateurs à la Cinémathèque de Corse à la suite d’un Post-doctorat à l’UMR CNRS 6240 LISA de l’Université de Corse mené sous la direction de Mme le Professeur Dominique Verdoni. Docteur en histoire, elle a soutenu sa thèse, sous la direction de Mme le Professeur Maryline Crivello et M. le Professeur émérite Bernard Cousin, intitulée « La Corse au petit écran. Construction d’une identité en Méditerranée : imaginaire, culture et politique (1955/2007) » à l’Université de Provence en 2009.

More Posts

Publié par

lisa

Ingénieur de recherche (contractuelle) à l’UMR CNRS 6240 LISA, Université de Corse Pasquale Paoli pour le projet M3C (Médiathèque Culturelle de la Corse et des Corses) au sein du thème de recherche ICPP (Identité et Culture : les Processus de Patrimonialisation), Lisa D’Orazio a travaillé sur les films amateurs à la Cinémathèque de Corse à la suite d’un Post-doctorat à l’UMR CNRS 6240 LISA de l’Université de Corse mené sous la direction de Mme le Professeur Dominique Verdoni. Docteur en histoire, elle a soutenu sa thèse, sous la direction de Mme le Professeur Maryline Crivello et M. le Professeur émérite Bernard Cousin, intitulée « La Corse au petit écran. Construction d’une identité en Méditerranée : imaginaire, culture et politique (1955/2007) » à l’Université de Provence en 2009.

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *