France 3 Corse Via Stella comme vecteur de transmission, d’éducation et de formation : Un support pédagogique pour le patrimoine et langue corse

La langue corse qui a failli disparaître au cours du XXe siècle est devenue une revendication incontournable depuis les années 1970 : il faut la faire vivre, l’enseigner. Cela passe par le chant, la littérature, le théâtre, la presse mais aussi par la télévision. Concernant cette dernière, à France 3 Corse, l’usage de la langue est au cœur de la politique de l’antenne dès la création du journal télévisé Corsica Sera en 1982. Dès lors, plus largement que ne l’a fait l’école, en provoquant une soudaine « mise en onde » de la réalité langagière, l’émergence médiatique du corse est venue bousculer les attitudes antérieures[1]. Cet impact du média a donc ouvert de nouvelles perspectives aux enseignants et aux chercheurs.

Aujourd’hui, plus que jamais la télévision est devenue un véritable outil de promotion et de diffusion de cette langue.  Outre cet aspect, cette antenne régionale est devenue un véritable support pédagogique quant à l’enseignement de cette langue. Par exemple, cette télévision travaille en collaboration avec le CRDP (Centre Régional de Documentation Pédagogique) à créer des programmes didactiques d’apprentissage de la langue corse. Au vu de la multiplication des projets allant dans ce sens,  l’on peut donc se demander légitimement si ce vecteur, ce médiateur culturel a véritablement un impact pédagogique ? Pour tenter de répondre à cette question, nous étudierons l’exemple de deux émissions Coolori et Munumenti è Siti di Corsica. Ces émissions ont comme point commun d’être en langue corse et de permettre l’apprentissage de la langue par le biais de la découverte du patrimoine à l’aide d’un lexique final. Il sera donc fort opportun d’évoquer ces exemples de transmission et d’apprentissage de la langue et surtout de s’interroger sur la réception et l’accueil du public auquel ils sont destinés. Ainsi, le but de cette communication permettra de comprendre en quoi la télévision peut être un véritable outil pédagogique.

 

 

1/ La place de la langue corse à l’antenne : un bref historique       

A partir des années 1980, plus largement que ne l’a fait l’école, en provoquant une soudaine « mise en onde » de la réalité langagière, l’émergence médiatique du corse est venue bousculer les attitudes antérieures (nostalgie d’un corse réputé « pur » de tout contact, perplexité devant les conséquences linguistiques d’une modernisation importante du lexique, attachement aux dialectes plutôt qu’à la langue)[2] : « La  » spectacularisation  » soudaine d’un corse, jusqu’alors contenu dans les contextes et usages non formels, s’est faite sous un jour insolite et déconcertant, celui d’une parole réelle et vivante, employée mais non reconnue, car niée ou sanctionnée par le discours puriste ou normatif. Les « démiurges de la parole », acteurs des médias, ont ainsi et souvent malgré eux conféré existence et reconnaissance à cette parole corse en pleine mutation, soumise à la pression constante des langues et des messages dominants, mais vivante et utilisée par les membres de la communauté au mieux de leurs intérêts communicatifs avec une créativité hésitante mais active »[3]. Le deuxième niveau de difficultés est représenté par le matériau que ces journalistes ont à traiter. On rencontre ici l’état actuel d’une langue longtemps exclue des secteurs formels de la communication. Problèmes d’actualisation d’un code linguistique dépourvu d’un stock lexical indispensable à l’expression véhiculaire de la modernité, mais aussi difficultés qui tiennent à l’insécurité linguistique qui affecte les personnes intervenant dans le cadre d’interviews.[4] Il n’est pas rare que dans le cadre d’associations, de groupes, on délègue la prise de parole à un corsophone car finalement peu de personnes se sentent aptes à s’exprimer intégralement en corse : « Les moyens sont donc insuffisants. L’image du cameraman, le travail du monteur, le commentaire du journaliste ne sont pas suffisants : il faut, face aux micros, quelqu’un qui répond, qui parle, qui s’exprime. Troisième obstacle, et de belle dimension, qui apparaît très vite, trouver le  » corsophone de service « , qui dans la rue, sur les lieux de l’actualité, dans un parti politique ou une association sera disposé à faire  » du son  » en langue corse »[5].

La création de FR3 Corse va marquer un bouleversement sans précédent dans l’usage du corse. Celui-ci est en effet utilisé dans les programmes les plus divers dans l’actualité, les magazines ou les documentaires. A cette époque, sur FR3 le journal est bilingue français-corse, son titre Corsica Sera et ses intertitres sont en corse, et, au cours de l’émission, les journalistes passent d’une langue à l’autre. Le fait d’utiliser le corse, hors d’un usage folklorique, séduit le public et la presse. Le périodique Kyrn dès la création du Corsica Sera, souligne ce fait « exceptionnel » : « Autre prodige, ils ont introduit la langue corse dans l’information avec un naturel absolu. Ici, la langue corse n’est plus réservée à certains sujets, ni à des personnes particulières. Elle va, elle vient, traitant sans difficulté apparente de la récolte des châtaignes, ou de la grève dans un libre service, de la mine d’amiante de Canari »[6]. Selon Sampiero Sanguinetti responsable de la rédaction de FR3 Corse, le choix de la langue corse devait traduire à l’écran la réalité des interactions sociales quotidiennes, marquées par le bilinguisme. L’enjeu est clair : permettre à tous de s’exprimer et de se retrouver. L’accès aux moyens modernes de communication est une des conditions de l’accès au développement dans une société moderne.

Dès lors, l’usage du corse à l’antenne fait subir à celui-ci une mutation conséquente. Une mutation qui apparaît alors comme « dérangeante ». L’usage de la langue corse gêne certains insulaires, surtout par le fait que celle-ci soit utilisée au journal télévisé de FR3 Corse. Pour ceux-ci, le corse ne devrait être utilisé que pour un usage folklorique, culturel comme ce fut le cas longtemps : « Si l’utilisation de la langue corse, en dehors du ghetto que constituent les émissions à caractère folklorique, a été aussi fortement contestée au nom de la défense de l’unité française aussi bien que de la pureté de la langue corse, c’est parce qu’ y était transgressée la séparation entre la langue officielle et la langue officieuse, entre l’espace public et l’espace privé. Le statut quasi officiel accordé à la télévision publique a contribué à conférer un caractère officiel à la langue dominée, ce qui constituait en dehors même de toute intention politique, un défi à la langue de l’autorité et de la légitimité »[7]. Face à ces critiques, rapidement, la direction de FR3 tente de freiner l’emploi des langues régionales à l’antenne. Dès 1984, Claude Marchand, directeur des programmes de la chaîne s’oppose à l’usage du corse dans le journal télévisé. Rien n’est fait pour favoriser les langues régionales alors que le temps d’antenne des décrochages est compté, comme le souligne cet article du magazine nationaliste U Ribombu : « La langue corse à RCFM ou à FR3, cela dépend du temps d’antenne disponible pour des émissions : si RCFM dispose de 18 heures quotidiennes, FR3 reste limitée à moins de 60 minutes par jour. Le temps d’antenne dont dispose, 60 min par jour, France 3 Corse ne permet pas de diffuser deux journaux, un en corse et un en français »[8].

Il est donc difficile au milieu des années 1980, de mener une véritable politique en faveur de la langue face aux pressions de la direction, mais aussi de nombre d’insulaires qui critiquent en premier lieu « la qualité du vocabulaire employé ». Jacques Thiers qui évoque dans son ouvrage plusieurs émissions de la radio RCFM mais aussi explique que la seule annonce d’une émission en corse sollicite la conscience linguistique dans la population et le désir d’exprimer un avis critique : les reproches pittoresques et malicieux que Saveria, une auditrice, adresse au corse des médias témoignent d’un désarroi de la fraction traditionnellement corsophone des locuteurs[9]. Cet exemple est valable pour la télévision. De plus, cette exigence de « qualité » se heurte à des difficultés dues à l’emploi du corse, comme nous l’avons vu, dans des domaines où il n’avait pas droit de cité.

A partir des années 1990, le corse reprend ses droits à l’antenne. Il faut savoir, en effet, que depuis 1992, la Corsebénéficie d’un statut juridique particulier, reconnaissant son identité culturelle et linguistique. En 1994, plusieurs innovations sont  alors prévues : comme la création tous les jours, sauf le dimanche à 18h58, du Ghjurnale, « le Journal » « espace d’informations corsophones » en langue corse d’une durée de 6 minutes. Un mercredi sur quatre est diffusé Da vicinu « de près » en langue corse, présenté par Joseph Castellani et créé la même année. Le renouveau du magazine en langue corse est enfin arrivé. Le magazine  Da Quì (d’ici), diffusé à partir de 1993, participe à la promotion de la langue corse. Le but de cette émission est de décliner l’insularité, pour mieux montrer une communauté partagée entre l’en-deçà et l’au-delà des monts, mais confrontée à des mutations inéluctables. Le corse, jusqu’alors langue du passé, devient la langue des mutations, de l’évolution. Quant à l’orientation de ce magazine, Jean-Marc Leccia l’explique dans la presse : « Tout l’effort va être porté sur les programmes, notamment sur les émissions comme Da Quì. En 1994, une nouvelle structure d’information en langue corse verra aussi le jour, cinq jours sur sept, pour une durée d’une dizaine de minutes. Objectif : trouver une formule différente du journal actuel sans faire tomber la langue corse dans une vision passéiste, purement culturelle ou rurale »[10] Ghjenti (les gens) qui remplace Da Quì en 1998, plus ouvert, plus actuel permet véritablement une ouverture du corse vers tous les types de sujets. Ces nouvelles initiatives ne rencontrent plus d’opposition, car, comme le dit à l’époque Jean-Marc Leccia sur la présence du corse à l’antenne : « Plus personne aujourd’hui ne pourrait s’opposer à ce dessein. Il y a onze ans, cela a pu entraîner des grincements de dents. Il n’y a plus aujourd’hui ni tabous, ni suspicions. Nous avons d’ailleurs signé une convention avec la collectivité territoriale qui joue très franchement la carte d’une collaboration de qualité dans l’intérêt du public »[11].

Ainsi, ces dernières années, la télévision régionale tente de nouveau de devenir un vecteur de la langue corse. France 3 Corse Via Stella réserve plusieurs créneaux aux infos en langue corse. On trouve aussi de nombreux magazines culturels en corse sur ces deux médias. La langue corse est souvent intégrée de façon très naturelle dans les programmes régionaux qui ne bénéficient pas de l’étiquette « émission en langue corse ». France 3 Corse a su introduire la langue corse dans différents programmes, ne la réservant pas exclusivement au journal télévisé. Aussi, le téléspectateur dispose d’un échantillon assez large de programmes où la langue corse, évolue sans aucune ambiguïté et sans tomber dans le folklore.

2/ Via Stella : un nouveau support pédagogique ?

Aujourd’hui les radios et les télévisions de service public ont leur place dans la diffusion des diverses expressions culturelles. Dans le cahier des charges de ces dernières, il est inscrit qu’elles doivent veiller à faire vivre des langues et cultures régionales. Une mission dont elles s’acquittent en multipliant les programmes ambitieux. Depuis quelques années France 3 Corse a choisi de s’associer avec l’Université de Corse ou le CRDP, Centre régional de documentation pédagogique de Corse. Parmi ses missions, ce dernier doit effectuer l’édition de ressources pédagogiques tous supports ancrées dans les réalités régionales et respectant les programmes nationaux obligatoires. Un effort particulier est porté sur la production d’outils pédagogiques au service du développement de l’enseignement de la Langue et Culture corses.

Ce partenariat dénote une volonté de la télévision corse de « devenir » un outil de médiation pédagogique. On peut citer en exemple l’émission Munumenti è siti di Corsica, présentée par Pierre Antoine Beretti enseignant de langue corse, produite par le CRDP. Cette série audiovisuelle, composée de 40 films de six minutes chacun, propose de partir à la découverte des principaux monuments et sites de Corse. Divers monuments sont visités comme le site archéologique de Cauria, le quartier des Étrangers à Ajaccio ou encore l’église baroque de Muru. Le choix des monuments est lié au fait de leur importance historique et est à raccrocher au programme d’enseignement de l’Éducation Nationale.

Ainsi, le but de ces documentaires est avant tout de servir de support pédagogique aux enseignants. Comme l’explique Mathieu Harnéquaux, chef de projet au CRDP de Corse « Cette émission apporte des points d’enseignement pour la langue et des connaissances en histoire de l’art.  Un support audiovisuel est plus facile pour toucher les jeunes, d’où une volonté d’habillage moderne de ces documentaires. Par conséquent, cela permet d’entendre la langue, ca apporte plus qu’un support papier »[12].

Ce type de programmes n’est pas unique sur l’antenne de France 3 Corse. On peut citer en exemple l’émission Coolori à destination des enfants entièrement en langue corse.  Ce magazine présenté par Evelaine Cantelli a pour vocation de percer les secrets de la Méditerranée. En se rendant en voyage dans des pays méditerranéens, l’équipe choisit une thématique comme la pêche par exemple. A partir de là, celle-ci offre aux enfants des lexiques sur ce thème pour récapituler les acquis en langue de l’émission.

Cette émission se positionne donc véritablement dans un créneau de promotion et d’apprentissage de la langue corse, comme l’affirme son concepteur Antoine Gannac : « Le parti pris linguistique est clair : la langue corse, partout en méditerranée ! Chaque tournage réalisé à l’étranger est l’occasion de prouver que la langue corse est vivante et qu’elle a vocation à être reconnue. «L’émission tend aux téléspectateurs insulaires et à la diaspora, le miroir d’une langue moderne, dont l’utilisation n’est pas confinée aux frontières géographiques de l’île et qui peut être parlée partout dans le monde. Le corse est utilisé de façon exclusive dans les deux tiers de l’émission, notamment dans le doublage des interviews réalisées en langues étrangères. C’est comme cela que Coolori fait entendre sa différence »[13]. Le magazine est actuellement décliné en langues française et corse pour France 3 Via Stella et en arabe pour la deuxième chaîne nationale marocaine 2M. Coolori connaît un véritable succès auprès du public et trois nouvelles versions sont en préparation pour la rentrée de septembre.

Le succès de ce type d’émissions permet d’affirmer plus que jamais le rôle « pédagogique » de la télévision.

3/  Via Stella un outil indispensable pour la promotion de la langue corse ?

 

Comme nous l’avons vu, la télévision grâce au contenu qu’elle diffuse permet de développer un certain nombre d’aptitudes. Ainsi, le média selon P. Meirieu (1997) « pourrait jouer surtout dans le domaine des langues, le rôle de référent extérieur. La spécificité de la relation éducative impose que soit défini un référent extérieur à la relation duelle (les savoirs, les connaissances, la culture, etc…) garantissant que celle-ci  ne s’abîme pas dans le seul  jeu du pouvoir ou dans les méandres de l’affectivité »[14]. P Marek poursuit sa démonstration en montrant que 40 % de l’info traitée par le cerveau est d’origine visuelle contre 20 % Auditive : « La force de l’image cinématographique vient, non pas d’une trop grande richesse, mais bien plutôt d’une adéquation presque idéale avec le potentiel des canaux nerveux visuels. Si chaque image est trop riche pour pouvoir être véritablement perçue dans sa totalité, cela ne procure aucune situation d’inconfort du cerveau qui semble au contraire exactement construit pour cette situation »[15]. Par ailleurs, l’on dispose grâce à la diffusion hertzienne et câblée d’une source intarissable de documents dans la langue d’apprentissage.

Il nous faut cependant nuancer ce propos. Certes, si la télévision est un outil pédagogique, il faut amener les téléspectateurs à elle. Une enquête réalisée par l’INSEE sur  la langue corse auprès des étudiants de l’Université de Corse par Romain Colonna, professeur certifié de Langue et Culture Corses, enseignant à l’Université de Corse, montre l’impact relativement faible des médias[16]. Pour lui les rapports des étudiants avec le corse, notamment dans le domaine culturel, sont d’autant meilleurs que l’offre est généralisée : fréquents avec la musique, ils deviennent rares avec les médias ou la littérature de langue corse. De plus, pour certains militants culturels comme Ghjacumu Fusina, l’enthousiasme des débuts, cette volonté de porter la langue n’existe plus.

 

Aujourd’hui, d’ailleurs, la langue semble devenir, alors un élément de programmation et de production inséré comme les autres, ou parfois plus que les autres, au sein du projet médiatique. Cependant,  les journalistes ne se positionnent plus comme des militants. Car, pour faire sortir cette langue corse du « ghetto », il faut la considérer comme une langue usuelle et moderne : «D’accord pour défendre la langue, mais nous sommes d’abord là pour informer, rappelle Petru Mari, journaliste à France Bleue Frequenza Mora. Nous ne devons pas non plus être un modèle linguistique. Nous parlons au micro un corse populaire, compréhensible par tous, ce qui n’empêche pas d’essayer de le rendre le plus riche possible»[17].

 

Conclusion :

Aujourd’hui, la  liberté d’expression des langues minoritaires est reconnue autant aux communautés linguistiques dans leurs régions qu’aux diasporas de cultures et de langues différenciées, autant aux populations ayant une langue régionale qu’à celles ayant une langue locale ou sans assise territoriale[18]. Désormais, les langues régionales, comme le breton, le basque, le corse ou l’alsacien sont admises à l’antenne. Cette entrée dans l’audiovisuel s’est accompagnée pour la majorité de ces langues régionales, de lois modifiant leur statut ou réglementant leur temps d’expression à l’antenne. Aux termes de la loi du 1er août 2000 relative à la liberté de communication, les sociétés de radio et télévision de service public doivent contribuer à l’expression de ces langues régionales[19]. Dès lors, l’avenir de l’audiovisuel en langue minoritaire dépend de facteurs endogènes et exogènes. L’évolution même des médias électroniques semble les favoriser. Si les mass-médias d’hier ou plutôt la conception que l’on s’en faisait, supposait en correspondance un public de masse homogénéisé[20](en conséquence, la radiotélévision de masse semblait forcément devoir être généraliste et unificatrice), la multiplication des supports et des canaux de diffusion modifie cette conception. L’heure est à la segmentation des publics et à celle des programmes. Et cette multiplication des publics appelle une diversification de l’offre médiatique[21].

L’emploi d’une langue régionale où les références aux cultures minoritaires sont des composants de dissemblance et de contraste, peut alors être utilisé pour construire de nouvelles propositions médiatiques[22]. Mais c’est sans doute en leur sein même que les régions ou pays dotés d’une personnalité linguistique propre peuvent trouver ou non les moyens et la volonté de préserver ou de promouvoir leur capital culturel en lui donnant entre autres une représentation audiovisuelle indispensable aujourd’hui à l’affichage et à l’existence équivalente d’une langue par rapport aux autres[23]. Les données et influences extérieures qu’elles soient restrictives ou développantes ne sont que des facteurs accompagnants, la vitalité culturelle et linguistique, la force des revendications qui en découlent ont une tout autre importance[24]. En Corse, la demande existe, Via Stella œuvre dans cette perspective. Mais, si la place du corse n’est plus discutée à la télévision, elle reste néanmoins bien précaire. Le Collectif Parlemu corsu (40 associations et organismes et 22 groupes culturels) évoque « une langue corse sur le fil du rasoir, de par l’absence d’un statut officiel ne lui permettant pas de s’épanouir » (Corse Matin du 05 juin 2011). Il en appelle à « une véritable politique pour la langue corse » pour les années à venir.

 

Bibliographie :

ANGELINI J., BERTACCHINI Y., VENTURINI M-M., juin 2007 « De la ressource informationnelle & du croisement des projets : le bilinguisme, territoire d’instances », Actes du colloque international « Tic et Territoire : quels développements ? », Revue I.S.D.M, Université Jean Moulin, Lyon, p.44-67.

BALLE F. (dir.), 1998, Dictionnaire des médias, Larousse Bordas, Paris.

BOURDON J., MEADEL C., 1994, Les Écrans de la Méditerranée: histoire d’une télévision régionale (1954/1994), Éditions Jeanne Laffitte, Institut National de l’Audiovisuel, Marseille.

 

CLAIRET S., 27octobre 2000, Paysage, identité régionale : les représentations TV des territoires dans l’Arc Méditerranée, doctorat, Courtot R. (dir.), Université de Provence.

COUSIN B., CRIVELLO M., 2008, Télévision et Méditerranée, Généalogie d’un regard, L’Harmattan, Paris.

 

DESORMEAUX D., 1982, Les sources de l’information audiovisuelle régionale, Université de Bordeaux III.

DESORMEAUX  D. et RICARD A., 1983, Une télévision introuvable : la régionalisation de France 3, LASIC (Laboratoire Associé des Sciences de l’Information et de la Communication), Bordeaux,

D’ORAZIO  L., Novembre 2009, La Corse au petit écran. Construction d’une identité méditerranéenne : imaginaire, culture et politique (1955/2007), doctorat, Cousin B. et Crivello M. (dir.), Université de Provence. [Archives ouvertes : http://tel.archives-ouvertes.fr/tel-00483807/fr/].

LIPIANSKY E-M., 1991, « Identité, communication interculturelle et dynamique des groupes » Connexions, n° 58, p.65-p.80.

MAFFRE P., 1997, De la régulation au territoire : La régionalisation de la télévision publique. Introduction à une comparaison France-Espagne, mémoire de DEA d’histoire, Université Paris I.

MARTIN-BARBERO J., 1991, Des médias aux médiations, Communication, culture et hégémonie, Préface de Lochard G. et Ollivier B., CNRS Editions, Paris.

MUSSO P., 1991, Régions d’Europe et télévision, Miroirs Éditions, Lille.

PINEAU G. (dir.), octobre 1994, « Les télévisions de proximité », Dossiers de l’audiovisuel, n° 57, Paris, p.45-57.

RICHIERI G., 1990, « Les télévisions communautaires locales et régionales dans la CEE », Actes du colloque international de Namur, mars 1989, Vidéotrame, Namur.

URBAN M-P., 1994, Les institutions et la dimension régionale de l’espace audiovisuel européen, Presses Universitaires de Strasbourg, Strasbourg.


[1] J. Thiers, Papiers d’identités, op. cit. , p.212.

[2] J. Thiers, Papiers d’identités, op. cit. , p. 212.

[3] Idem.

[4] Idem.

[5] « RCFM-FR3 : Une information en langue corse », U Ribombu, 05/06/1987.

[6] « Quand on parle de culture ? », Kyrn, décembre 1982, p. 50.

[7] « Un regard de sociologue sur FR3 Corse : Fabiani », Kyrn, décembre 1987.

[8] « RCFM FR3 : Une information en langue corse », U Ribombu, 05/06/1987.

[9] J. Thiers, Papiers d’identités, op. cit. , p. 221.

[10] Idem.

[11] « Une télévision à part entière interview de Jean-Marc Leccia », La Corse-le Provençal, 16/12/1993.

[14] Carmen Compte,  Un Document télévisuel pour parfaire l’apprentissage des langues, Université de Paris 7, Denis Diderot.

 

[15] Idem.

[16] Idem.

[18] Idem.

[19] Idem.

[20] Idem.

[21] Idem.

[22] Idem.

[23] H. Abalain, Le français et les langues historiques de la France, L’Harmattan, Paris, 2007, p.110.

[24] J-J. Cheval, in « Langues d’Aquitaine, dynamiques institutionnelles et patrimoine linguistique », op. cit. , p.25.

lisa

Ingénieur de recherche (contractuelle) à l’UMR CNRS 6240 LISA, Université de Corse Pasquale Paoli pour le projet M3C (Médiathèque Culturelle de la Corse et des Corses) au sein du thème de recherche ICPP (Identité et Culture : les Processus de Patrimonialisation), Lisa D’Orazio a travaillé sur les films amateurs à la Cinémathèque de Corse à la suite d’un Post-doctorat à l’UMR CNRS 6240 LISA de l’Université de Corse mené sous la direction de Mme le Professeur Dominique Verdoni. Docteur en histoire, elle a soutenu sa thèse, sous la direction de Mme le Professeur Maryline Crivello et M. le Professeur émérite Bernard Cousin, intitulée « La Corse au petit écran. Construction d’une identité en Méditerranée : imaginaire, culture et politique (1955/2007) » à l’Université de Provence en 2009.

More Posts

Participation au colloque de la MESCE juillet 2011, UMR CNRS 6240 LISA Université de Corse France 3 Corse Via Stella comme vecteur de transmission, d’éducation et de formation : Un support pédagogique pour le patrimoine et langue corse

La langue corse qui a failli disparaître au cours du XXe siècle est devenue une revendication incontournable depuis les années 1970 : il faut la faire vivre, l’enseigner. Cela passe par le chant, la littérature, le théâtre, la presse mais aussi par la télévision. Concernant cette dernière, à France 3 Corse, l’usage de la langue est au cœur de la politique de l’antenne dès la création du journal télévisé Corsica Sera en 1982. Dès lors, plus largement que ne l’a fait l’école, en provoquant une soudaine « mise en onde » de la réalité langagière, l’émergence médiatique du corse est venue bousculer les attitudes antérieures[1]. Cet impact du média a donc ouvert de nouvelles perspectives aux enseignants et aux chercheurs.

Aujourd’hui, plus que jamais la télévision est devenue un véritable outil de promotion et de diffusion de cette langue.  Outre cet aspect, cette antenne régionale est devenue un véritable support pédagogique quant à l’enseignement de cette langue. Par exemple, cette télévision travaille en collaboration avec le CRDP (Centre Régional de Documentation Pédagogique) à créer des programmes didactiques d’apprentissage de la langue corse. Au vu de la multiplication des projets allant dans ce sens,  l’on peut donc se demander légitimement si ce vecteur, ce médiateur culturel a véritablement un impact pédagogique ? Pour tenter de répondre à cette question, nous étudierons l’exemple de deux émissions Coolori et Munumenti è Siti di Corsica. Ces émissions ont comme point commun d’être en langue corse et de permettre l’apprentissage de la langue par le biais de la découverte du patrimoine à l’aide d’un lexique final. Il sera donc fort opportun d’évoquer ces exemples de transmission et d’apprentissage de la langue et surtout de s’interroger sur la réception et l’accueil du public auquel ils sont destinés. Ainsi, le but de cette communication permettra de comprendre en quoi la télévision peut être un véritable outil pédagogique.

La communication se déclinera en trois parties :

1/ La place de la langue corse à l’antenne : un bref historique

2/ France 3 Corse Via Stella : un nouveau support pédagogique ?

3/ Un outil indispensable pour la promotion de la langue corse ?


[1] J. Thiers, Papiers d’identités, op. cit. , p.212.

lisa

Ingénieur de recherche (contractuelle) à l’UMR CNRS 6240 LISA, Université de Corse Pasquale Paoli pour le projet M3C (Médiathèque Culturelle de la Corse et des Corses) au sein du thème de recherche ICPP (Identité et Culture : les Processus de Patrimonialisation), Lisa D’Orazio a travaillé sur les films amateurs à la Cinémathèque de Corse à la suite d’un Post-doctorat à l’UMR CNRS 6240 LISA de l’Université de Corse mené sous la direction de Mme le Professeur Dominique Verdoni. Docteur en histoire, elle a soutenu sa thèse, sous la direction de Mme le Professeur Maryline Crivello et M. le Professeur émérite Bernard Cousin, intitulée « La Corse au petit écran. Construction d’une identité en Méditerranée : imaginaire, culture et politique (1955/2007) » à l’Université de Provence en 2009.

More Posts