La Corse est-elle au coeur de la Méditerranée ? article du 24 Ore du 5 au 11 janvier 2012

La Corse a-t-elle un avenir en Méditerranée ? Peut-elle être un centre en Méditerranée occidentale ? Ces questions sont d’actualité surtout lorsque l’on assiste aux soubresauts de la crise européenne. Pourtant, cette question est plus ancienne qu’il n’y paraît et surtout plus complexe et dérangeante. Avant la seconde guerre mondiale, des revues comme « A Muvra », « A Tramuntana » évoquaient l’héritage des grecs et des latins. Puis survint l’irrédentisme italien, ainsi toute aspiration à se replacer dans cet espace fut abandonnée. Les premiers à oser resituer l’île dans un contexte méditerranéen furent les chercheurs et les médias. Ainsi, dans les années 1970, les ethnologues tel que Georges Ravis-Giordani restitueront la Corse et ses spécificités dans son aire naturelle : la Méditerranée. Le magazine « Kyrn », conscient de la force de cet héritage n’hésita pas à ouvrir des tribunes réservées à la découverte du monde méditerranéen. A partir des années 1980, la télévision, sous la houlette de Sampiero Sanguinetti, créa le « Journal des îles » qui traitait également de sujets méditerranéens. Pourtant, cette réappropriation choqua le public et surtout les politiques traditionnels de l’époque qui agitèrent la vieille peur de l’irrédentisme. Aujourd’hui, cette idée est devenue commune, acceptée par tous. Pour autant, la Corse reste encore aujourd’hui en phase de questionnement et non de réalisation. Si, dans le domaine culturel, cette ouverture est assumée, il reste encore beaucoup à construire. Nous avons en effet dépassé les vieilles craintes qui ont longtemps coupé la Corse de son environnement naturel. De nouveau les médias et le politique y ont un rôle capital à jouer. Le questionnement de la Méditerranée ne peut néanmoins s’extraire du dessein européen. Le Corse Paul Valéry, de par son héritage culturel, l’avait subodoré en 1957 : «Avant même que l’Europe actuelle ait pris l’apparence que nous lui connaissons, la Méditerranée avait vu, dans son bassin oriental, une sorte de pré-Europe s’établir dès l’antiquité avec tous ses peuples … », dont la Corse. Aujourd’hui elle ne demande qu’à s’ouvrir et par là-même à se redécouvrir.

lisa

Ingénieur de recherche (contractuelle) à l’UMR CNRS 6240 LISA, Université de Corse Pasquale Paoli pour le projet M3C (Médiathèque Culturelle de la Corse et des Corses) au sein du thème de recherche ICPP (Identité et Culture : les Processus de Patrimonialisation), Lisa D’Orazio a travaillé sur les films amateurs à la Cinémathèque de Corse à la suite d’un Post-doctorat à l’UMR CNRS 6240 LISA de l’Université de Corse mené sous la direction de Mme le Professeur Dominique Verdoni. Docteur en histoire, elle a soutenu sa thèse, sous la direction de Mme le Professeur Maryline Crivello et M. le Professeur émérite Bernard Cousin, intitulée « La Corse au petit écran. Construction d’une identité en Méditerranée : imaginaire, culture et politique (1955/2007) » à l’Université de Provence en 2009.

More Posts

Précarité : La Corse, terre de solidarité ?

L’expulsion qui a eu lieu, dernièrement, dans le squat du Finosello permet de mettre le doigt sur un sujet dérangeant, à savoir la question de la paupérisation dans une île touchée par la crise. Mais surtout, ce contexte soulève l’interrogation suivante : la Corse est-elle encore une île de solidarité ? L’imaginaire et les mythes transmis par notre mémoire collective comme l’importance de la famille, le sens de l’honneur et la solidarité sont-ils encore vivaces ? Ou ont-ils subi les assauts de la mondialisation ? En clair, était-ce mieux avant ? Les insulaires, il est vrai, restent attachés à cette valeur d’entraide. Certains la feraient même remonter à la Préhistoire. Qui n’a jamais entendu la légende de la Dame de Bonifacio, handicapée, prise en charge par la communauté ?
De nos jours la situation est complexe. Il faut en effet savoir que de nombreuses personnes en Corse sont frappées durement par la crise. Les jeunes et les femmes, les mères célibataires sont les plus touchés par une crise qui a, effectivement, bien atteint la Corse. Pourtant, il est difficile encore chez nous d’aborder ces sujets dans les médias et chez les politiques. La fameuse « entraide » corse servirait-elle alors de « cache-misère ». En effet des voix dissonantes se font entendre. Les professionnels qui travaillent dans le social, les associations tirent pourtant la sonnette d’alarme. La Corse, comme ils l’affirment est soumise aux mêmes difficultés que le Continent. Ici aussi la solitude et la misère sont présentes et sont désormais de moins en moins cachées. A cet égard, est éloquent le cas de la structure Stella Maris, gérée par la Falep. Cette structure d’accueil pour SDF est de moins en moins tolérée dans un quartier d’Ajaccio pour son « voisinage » et « ses désagréments occasionnés » par un public supposé « aviné ». Au XIXe siècle on se protégeait des « classes dangereuses », aujourd’hui peut-on, sereinement, regarder et faire voir les misères de nos sociétés ? La solidarité est-elle toujours manifeste ? Le discours sur ces sujets, reste encore convenu : la peur d’un constat d’échec ?

lisa

Ingénieur de recherche (contractuelle) à l’UMR CNRS 6240 LISA, Université de Corse Pasquale Paoli pour le projet M3C (Médiathèque Culturelle de la Corse et des Corses) au sein du thème de recherche ICPP (Identité et Culture : les Processus de Patrimonialisation), Lisa D’Orazio a travaillé sur les films amateurs à la Cinémathèque de Corse à la suite d’un Post-doctorat à l’UMR CNRS 6240 LISA de l’Université de Corse mené sous la direction de Mme le Professeur Dominique Verdoni. Docteur en histoire, elle a soutenu sa thèse, sous la direction de Mme le Professeur Maryline Crivello et M. le Professeur émérite Bernard Cousin, intitulée « La Corse au petit écran. Construction d’une identité en Méditerranée : imaginaire, culture et politique (1955/2007) » à l’Université de Provence en 2009.

More Posts

Drogue : du tabou à la surmédiatisation

Ces derniers mois, les médias évoquent sans tabou le problème de la drogue et des jeunes. Un constat qui n’est certes pas nouveau mais qui fut, pendant longtemps, dérangeant. En effet, on a longtemps pensé et affirmé que l’île était à l’abri des fléaux comme la drogue et le sida. Pour s’apercevoir, en fin de compte, que la jeunesse corse payait à l’un comme à l’autre un lourd tribut « caché ». La découverte de cette forme de normalisation, accentuée par la télévision a constitué un véritable traumatisme pour cette société insulaire qui, si elle commençait à douter d’elle-même et de la permanence de ses valeurs, s’est pourtant crue longtemps à l’abri de ces dérives. Ainsi, très peu de médias ont réalisé des reportages sur ces questions avant les années 2000. Très courageusement pourtant le périodique Kyrn avait tiré la sonnette d’alarme au début des années 1980. C’était d’autant plus méritoire que dans une société encore attachée aux valeurs traditionnelles, avec des nationalistes luttant contre ces « paradis artificiels », ces « drogués » n’étaient pas pour le Kyrn des marginaux, des étrangers, des hippies mais de jeunes insulaires déjà touchés par un mal-être. Un mal-être que l’on évoque aujourd’hui sans retenue et qui fait la une des radios, de la presse et qui semble à cette veille d’échéances politiques s’inviter dans le débat. Pourtant, aujourd’hui encore, il semble que ce qu’il manque dans ces médias, en effectuant un décryptage sommaire du flot d’informations concernant cette question, c’est de la chair, du témoignage. La drogue chez les jeunes en Corse, ce « fléau » est encore peut être trop effleuré, pas assez fouillé. Si une étape a été franchie : on a posé un doigt sur le problème. Ne faut-il pas désormais donner la parole aux premiers concernés ?

lisa

Ingénieur de recherche (contractuelle) à l’UMR CNRS 6240 LISA, Université de Corse Pasquale Paoli pour le projet M3C (Médiathèque Culturelle de la Corse et des Corses) au sein du thème de recherche ICPP (Identité et Culture : les Processus de Patrimonialisation), Lisa D’Orazio a travaillé sur les films amateurs à la Cinémathèque de Corse à la suite d’un Post-doctorat à l’UMR CNRS 6240 LISA de l’Université de Corse mené sous la direction de Mme le Professeur Dominique Verdoni. Docteur en histoire, elle a soutenu sa thèse, sous la direction de Mme le Professeur Maryline Crivello et M. le Professeur émérite Bernard Cousin, intitulée « La Corse au petit écran. Construction d’une identité en Méditerranée : imaginaire, culture et politique (1955/2007) » à l’Université de Provence en 2009.

More Posts

Mission sacrée et ces sacrés clichés , 24ori

Si la majorité des médias nous promettaient une fiction passionnante, la majorité des Corses a vu dans ce film un coup supplémentaire qui conforte l’image déjà bien caricaturale et négative de l’île véhiculé à tout crin par les dernières fictions qui nous ont été données à voir. En effet, le Prophète, Mafiosa ou encore des émissions comme Enquête exclusive de M6 apparaissent désormais comme de la « roupie de sansonnet » face au grand déballage de clichés en tout genre qui fleurissent sur la Corse à chaque minute de ce téléfilm qualifie par Bernard Bonnet avant sa diffusion « d’à peine caricaturale ». Une analyse que reprend d’ailleurs unanimement la presse nationale. Et pourtant…
Pourtant, tous les clichés transmis par la télévision, le cinéma et la littérature romantique sont présents et se succèdent comme on enfile des perles. Le Corse est violent et les exemples abondent dans le téléfilm : les enfants le mercredi jouent avec les armes de leur père, les nationalistes maltraitent les femmes… Par ailleurs, l’élu corse est roublard et mégalo comme il est démontré de nombreuses fois dans ce téléfilm.
Si on ne réfléchit finalement rien de neuf dans la façon que l’on a de représenter la Corse depuis l’époque romantique. Le problème est plutôt dans la réception de cette image qui pèse de plus en plus aux insulaires et qui contribuent à créer chez ceux-ci toutes sortes d’interrogations et une véritablement fondamentale : doit-on être les gardiens de notre image et les vecteurs de celle-ci ? Le public exterieur à l’île adhère-t-il à ces poncifs ?
Car cette image négative est peut-être le fruit d’une carence : une carence d’images qui nous seraient propres. En effet, c’est en se réappropriant un regard sur nous-mêmes que nous pourrions contribuer à la construction de nos propres clichés. En somme à l’édification d’un imaginaire collectif loin de Mérimé et autres « Mission sacrée »…

lisa

Ingénieur de recherche (contractuelle) à l’UMR CNRS 6240 LISA, Université de Corse Pasquale Paoli pour le projet M3C (Médiathèque Culturelle de la Corse et des Corses) au sein du thème de recherche ICPP (Identité et Culture : les Processus de Patrimonialisation), Lisa D’Orazio a travaillé sur les films amateurs à la Cinémathèque de Corse à la suite d’un Post-doctorat à l’UMR CNRS 6240 LISA de l’Université de Corse mené sous la direction de Mme le Professeur Dominique Verdoni. Docteur en histoire, elle a soutenu sa thèse, sous la direction de Mme le Professeur Maryline Crivello et M. le Professeur émérite Bernard Cousin, intitulée « La Corse au petit écran. Construction d’une identité en Méditerranée : imaginaire, culture et politique (1955/2007) » à l’Université de Provence en 2009.

More Posts

Regards télévisuels sur la jeunesse corse

    

Les actes violents médiatisés par la télévision sont souvent le fait de jeunes, lors notamment de manifestations. Ce basculement du traitement médiatique est lié aussi à une condamnation plus systématique du nationalisme. Depuis lors, ces dernières années, les actes violents perpétrés par des jeunes insulaires font l’objet d’une très forte médiatisation.

L’exemple le plus probant est celui des événements de Luri. Le 4 septembre 2003, des jeunes jettent deux cocktails Molotov sur la gendarmerie du village. Le 11 septembre, sept jeunes du village sont alors interpellés. Dès le lendemain soir les incidents virent à l’émeute. Cette fois, trois voitures sont totalement incendiées, les projectiles pleuvent sur la gendarmerie, les gendarmes eux-mêmes sont menacés verbalement. Dans les médias, l’affaire est montée en épingle à tel point que les habitants de Luri, comprenant que l’image qui a été donnée d’eux dans la presse a contribué à aggraver la situation, tiennent une conférence de presse devant la mairie afin de faire le point et d’apaiser l’opinion publique.

 Arrêt sur images sur la 5, dans son numéro Corse : une île et des clichés, du 05/10/2003, revient sur ces évènements qui stigmatisent la jeunesse.

Les journalistes insulaires reprochent aux journalistes nationaux d’avoir exagéré les faits et présenté la jeunesse corse comme une jeunesse violente. Ils exposent notamment ce cas des jeunes habitants de Luri. Pour Rose Paolacci, journaliste à l’époque pour I TV, ces attitudes violentes des jeunes sont le fruit d’un contexte : « Je suis revenue 4 jours après pour repositionner le problème. J’ai été bousculée par des jeunes filles mais je n’en ai pas fait un flan car cela n’a pas de lien avec le motif. C’est lié à une ambiance difficile ». Ce n’est pas l’avis des journalistes nationaux qui y voient une manipulation des jeunes par les nationalistes. Selon Christine Clerc, journaliste au Figaro : « C’est une stratégie ! Les nationalistes prennent des voix avec cette tactique ». Suite à ces propos, Arrêt sur image diffuse un JT de TF1 où Jean-Pierre Susini, ancien militant nationaliste, et père d’un des jeunes inculpés à Luri, tient des propos qui choquent les téléspectateurs et qui ont, selon la journaliste du Figaro, contribué à mettre le feu aux poudres chez les jeunes, signe pour elle d’une manipulation nationaliste : « Nous tolérons les gendarmes, ils ne sont pas chez eux et nous n’acceptons aucune déportation ». En effet, l’emploi du mot « déportation » fortement connoté gêne. Le reportage d’Arrêt sur Images donne ensuite la parole à la femme de celui-ci qui explique « qu’il était mal quand il a dit cela ».

Pour Christine Clerc, c’est impardonnable : « C’est un langage habituel, ils sont intolérants. Il existe un double langage : l’État donne des sous, mais il est colonisateur ».

Ce à quoi le journaliste Gilles Millet du Corsica réplique : « Si les gens sont posés en victimes, ils ont le droit de bousculer la caméra. Les mômes en banlieue quand ils voient les rappeurs comme ils sont stigmatisés, les médias pour eux c’est une honte… Ce sont tous des gens maltraités par les médias ! En Corse, il existe un côté caricatural, on en rajoute : puisque l’on est comme ça, on va faire pire ! ».

Christine Clerc conclut en affirmant : « On devient ce qu’on est dans le regard de l’autre ».

Cette affaire n’est qu’un exemple parmi le nombre important de reportages qui existent sur ce thème, mais elle paraît révélatrice d’un malaise et l’on pourrait faire, comme l’a dit Gilles Millet dans Arrêt sur images, un rapprochement entre le traitement médiatique de la jeunesse corse et celui de la jeunesse des banlieues qui, elle aussi, souffre de mauvaise presse. Ainsi, depuis lors, les jeunes corses souffrent d’un déficit d’image.

       

lisa

Ingénieur de recherche (contractuelle) à l’UMR CNRS 6240 LISA, Université de Corse Pasquale Paoli pour le projet M3C (Médiathèque Culturelle de la Corse et des Corses) au sein du thème de recherche ICPP (Identité et Culture : les Processus de Patrimonialisation), Lisa D’Orazio a travaillé sur les films amateurs à la Cinémathèque de Corse à la suite d’un Post-doctorat à l’UMR CNRS 6240 LISA de l’Université de Corse mené sous la direction de Mme le Professeur Dominique Verdoni. Docteur en histoire, elle a soutenu sa thèse, sous la direction de Mme le Professeur Maryline Crivello et M. le Professeur émérite Bernard Cousin, intitulée « La Corse au petit écran. Construction d’une identité en Méditerranée : imaginaire, culture et politique (1955/2007) » à l’Université de Provence en 2009.

More Posts

LA BD un média vecteur d’histoire ?

http://bertocchini.artblog.fr/919271/Article-24-ore-par-lisa-d-Orazio/

lisa

Ingénieur de recherche (contractuelle) à l’UMR CNRS 6240 LISA, Université de Corse Pasquale Paoli pour le projet M3C (Médiathèque Culturelle de la Corse et des Corses) au sein du thème de recherche ICPP (Identité et Culture : les Processus de Patrimonialisation), Lisa D’Orazio a travaillé sur les films amateurs à la Cinémathèque de Corse à la suite d’un Post-doctorat à l’UMR CNRS 6240 LISA de l’Université de Corse mené sous la direction de Mme le Professeur Dominique Verdoni. Docteur en histoire, elle a soutenu sa thèse, sous la direction de Mme le Professeur Maryline Crivello et M. le Professeur émérite Bernard Cousin, intitulée « La Corse au petit écran. Construction d’une identité en Méditerranée : imaginaire, culture et politique (1955/2007) » à l’Université de Provence en 2009.

More Posts

Tchernobyl en Corse, on en parlait déjà deux mois après … Par Lisa D’Orazio pour le journal 24ore

L’actualité de ces dernières semaines, nous révèle une fois de plus encore la colère et le sentiment d’injustice des Corses face à ce que Jean-Charles Chatard et Eliane Parigi ont qualifié de « Mensonge radioactif ».
Le « silence » des « autorités » a parfois rejoint un certain « mutisme médiatique ».
En effet, jusqu’aux années 2000, peu de reportages ont évoqué la situation préoccupante de la Corse. C’est France 3 Corse qui a diffusé le reportage le plus polémique, que la télévision nationale a d’ailleurs refusé de programmer : Corse, le mensonge radioactif, de Jean-Charles Chatard et Eliane Parigi. Ce film est refusé par Envoyé Spécial et ne sera diffusé sur aucune chaîne nationale. Documents officiels à l’appui, le film démontre également le trucage de l’enquête épidémiologique du ministère de la Santé.
Dès 1986, pourtant la télévision touchait du doigt le « mensonge Tchernobyl ». Soir 3 en juillet de cette année diffuse un reportage « retombées de Tchernobyl sur la Corse ». Cependant le reportage ne fait qu’effleurer la question, car le journaliste en toute « bonne foi » parle de « traces légères ». Des mots que le reportage contredit bien évidemment. Il nous est en effet proposé de suivre une mère de famille de Vallica qui part faire examiner ses enfants au Commissariat à l’énergie atomique accompagnée d’un journaliste de Sciences et Vie. En effet, cette éleveuse, dont le lait était contaminé par 5 000 becquerels par litre (10 fois supérieur à la norme européenne), s’inquiétait des conséquences. Le reportage révèle que cet examen, se fait de façon « clandestine » et que les médias ne sont pas conviés. Des examens qui se révèlent positifs bien entendu. La journaliste de Sciences et Vie fait alors, en conclusion, le constat suivant : « La Corse a été particulièrement touchée ». Pourtant à la fin du reportage, on ne recommande comme mesures particulières que de « bien laver ses légumes »…
Un discours qui reste peut-être d’actualité.

lisa

Ingénieur de recherche (contractuelle) à l’UMR CNRS 6240 LISA, Université de Corse Pasquale Paoli pour le projet M3C (Médiathèque Culturelle de la Corse et des Corses) au sein du thème de recherche ICPP (Identité et Culture : les Processus de Patrimonialisation), Lisa D’Orazio a travaillé sur les films amateurs à la Cinémathèque de Corse à la suite d’un Post-doctorat à l’UMR CNRS 6240 LISA de l’Université de Corse mené sous la direction de Mme le Professeur Dominique Verdoni. Docteur en histoire, elle a soutenu sa thèse, sous la direction de Mme le Professeur Maryline Crivello et M. le Professeur émérite Bernard Cousin, intitulée « La Corse au petit écran. Construction d’une identité en Méditerranée : imaginaire, culture et politique (1955/2007) » à l’Université de Provence en 2009.

More Posts

Nouvelle émission culturelle réalisée Lisa D’Orazio sur radio Alta Frequenza

Tous les lundis (10h30-11h00) et mardis (19h00-19h30)
Docteur en Histoire et spécialiste des médias, Lisa d’Orazio nous donne rendez-vous deux fois par semaine sur notre antenne, le lundi de 10h30 et 11h00 et le mardi de 19h00 à 19h30, pour son émission culturelle In Prima. Au programme, éclairage sur un invité, un événement, afin de parler de culture, d’histoire, de littérature, de théâtre et autres…

lisa

Ingénieur de recherche (contractuelle) à l’UMR CNRS 6240 LISA, Université de Corse Pasquale Paoli pour le projet M3C (Médiathèque Culturelle de la Corse et des Corses) au sein du thème de recherche ICPP (Identité et Culture : les Processus de Patrimonialisation), Lisa D’Orazio a travaillé sur les films amateurs à la Cinémathèque de Corse à la suite d’un Post-doctorat à l’UMR CNRS 6240 LISA de l’Université de Corse mené sous la direction de Mme le Professeur Dominique Verdoni. Docteur en histoire, elle a soutenu sa thèse, sous la direction de Mme le Professeur Maryline Crivello et M. le Professeur émérite Bernard Cousin, intitulée « La Corse au petit écran. Construction d’une identité en Méditerranée : imaginaire, culture et politique (1955/2007) » à l’Université de Provence en 2009.

More Posts

Représentation et place des femmes à la TV en Corse :

La disparition d’une société agropastorale a modifié aussi les comportements familiaux des Corse. Les femmes ont vu, tout au long du XXe siècle dans l’île, leur condition évoluer. L’image d’une femme corse, décrite tantôt comme une esclave soumise à la tyrannie d’un rustre, tantôt comme une maîtresse femme régnant avec autorité sur une nombreuse tribu où domine l’élément masculin, est devenue obsolète[1]. Cette évolution a cependant pris un certain temps. Jusqu’à une époque récente, sociologiquement, la femme corse est toujours restée en retrait de la vie publique, et même professionnelle. Elle a été la dernière de France à rentrer sur le marché du travail, avec vingt ans de retard sur le continent : en 1975, 25,4% seulement des femmes en âge de travailler étaient actives contre 52,2% en 1999 (recensement Insee)[2]. A la télévision, aussi, les femmes sont absentes et dans les rangs des journalistes et à l’écran. Il existe en effet peu d’émissions sur la femme corse. De plus, ce qui est frappant c’est que, durant de longues années, les femmes ont été très rarement interrogées lors d’émissions surla Corse comme si leur parole avait moins de poids.


  • Premiers regards sur la femme corse

Les premières fois que l’on s’intéresse à la femme corse, à la télévision régionale, sont datées. Il s’agit de deux reportages du Spécial Corse : le n°13 du 21/04/71 : Les femmes en Corse et le n°9 du 26 et 28 février 1977 : Maratu : La femme corse)[3]. Cette émission met à jour un certain nombre de stéréotypes concernant la femme corse. Elle y est présentée à la fois comme une « pasionaria », une « héroïne », et surtout une « figure maternelle » à travers le portrait de femmes historiques et de figures modernes héritières de ce passé.

Ainsi, le n°13 du Spécial Corse dresse un portrait de ces femmes corses « par excellence » de Letizia Bonaparte, mère courage de Napoléon à Colomba, gardienne des traditions, en passant par ces femmes anonymes qui ont joué un rôle politique sous Pascal Paoli, car les veuves avaient le droit de vote dans l’éphémère gouvernement du Général de la « Nation Corse »[4]. Le but du reportage, par la suite, est d’aller à la rencontre des femmes des années 1970, qui commencent à s’émanciper pour savoir comment elles vivent cet héritage et leur condition de femmes de Corse.

Plusieurs personnalités sont interrogées comme Félicia Ramaroni, adjointe au maire d’Ajaccio, ou Mme Secondi, maire qui incarnent ces femmes corses qui n’hésitent plus à s’investir sur la scène publique. Cependant, certaines femmes semblent rester encore prisonnières de la tradition, comme Mme Casalonga qui se conforme aux usages d’antan et à la vie rude du village. Ce reportage montre le double visage d’une Corse qui évolue mais qui reste attachée à ses traditions. Ce type de sujets permet de se rendre compte des évolutions d’une société qui tend peu à peu à se rapprocher du modèle national.

  • La femme corse : gardienne de mémoire

 

Jusqu’aux années 1980, les femmes corses apparaissent à la télévision rarement. L’image de la femme corse est marquée à la télévision ; elle s’apparente à celle de Colomba, que le film d’Ange Casta[5] à la fin des années 60 avait remise au goût du jour.

Ainsi, lorsqu’elles apparaissent à la télévision, c’est surtout dans des sujets concernant la tradition et la transmission de la mémoire collective[6]. Elles apparaissent alors clairement comme un vecteur de cette transmission. Légendaire montre bien cette tendance. Cette émission des années 70 (que nous traiterons par la suite) qui évoque les légendes et les traditions insulaires, médiatise en majorité des femmes dont deux sœurs âgées de Propriano qui apparaissent, vêtues de noir, dernières gardiennes d’une mémoire qui s’éteint.

Aujourd’hui encore, cette fonction de gardienne de la mémoire est présente à la télévision, comme on peut le voir dans le magazine Orizonti sur les légendes en Corse. Dans ce documentaire, nous nous apercevons alors que les femmes sont très représentées et que la fonction de conteuse est souvent féminine. Francette Orsoni, conteuse et Fabienne Maestracci, écrivaine, qui a publié un recueil de contes corses racontent ces légendes et tentent de les transmettre chacune à leur manière. Une volonté de transmission qu’elles partagent avec leurs ancêtres.

 

Á côté de ça, les femmes s’inscrivent rapidement dans le « Riacquistu » et y prennent une place importante. Elles sont chanteuses, écrivains, poètes. La télévision à la fin des années 70 va faire une place à ces artistes. Le public insulaire découvre alors les Duie Patrizie (les deux Patricia), Patrizia Poli et Patrizia Gattacecca (La place des femmes dans la chanson corse, Oghje in Corsica, 05/04/2005, Patrizia Gattaceca, Ghjenti, 05/06/2005) ou encore la chanteuse Jackie Micaelli, (Di Casa, 30/01/1988)[7].

Mais, cette implication des femmes dans le « Riacquistu » apparaît pour la première fois dans le film documentaire L’âme corse de Louis Panassié. Celui-ci interviewe trois générations de femmes de Sartène, la grand-mère, la mère et la fille, aux vies dissemblables. Le réalisateur évoque ces trois destins de femmes comme un exemple de l’évolution de la condition féminine en Corse : la grand-mère qui n’a connu qu’une vie difficile de travail, la mère institutrice qui a toujours voulu travailler et être indépendante et enfin la fille, qui elle, se reconnaît dans le « Riacquistu » et veut s’impliquer à faire évoluer son île. Mais ces trois générations ont en commun un amour immodéré pourla Corse et ses traditions qu’elles se transmettent de mère en fille.

 


  • Faire évoluer cette image

 

Au niveau régional, l’image des femmes à la télévision va évoluer grâce à l’initiative de l’équipe de Sampiero Sanguinetti. En effet, celui-ci nous déclarait dans un entretien, que pour lui-même, ainsi que pour les journalistes Danielle Jeammet et Jean-Marc Leccia : « il s’agissait d’un souci constant », et de plus il y avait des difficultés à trouver des femmes journalistes ». A l’époque, on comptait très peu de femmes à la station, outre Danielle Jeammet et Angelina Risterucci[8]. Comme le dit Sampiero Sanguinetti « Il fallait faire bouger les choses, donner la parole à ceux qui jusqu’alors ne l’avaient pas eue »[9].

Outre une émission radio de Danielle Jeammet Féminoscope qui fit grand bruit, à la télévision, des magazines et des documentaires traitent alors de cette évolution de la condition féminine.

 

Dans les années 80, l’évolution de la place des femmes est donc plus accentuée dans le domaine familial et celui du travail. Des reportages sont alors effectués sur le taux d’activité des femmes qui démontrent cette évolution comme le Di Casa 26 mars 1985, Population de la Corse, étude de l’INSEE sur son profil économique[10]. Jacqueline Artiguebielle, responsable INSEE affirme dans ce reportage que « Beaucoup plus de femmes travaillent. Pourtant, en Corse, le taux d’activité féminin reste le plus bas de toutes les régions françaises, malgré une forte progression. Quatre emplois sur dix sont occupés par des femmes. Elles sont aussi très touchées par le chômage et la précarité de l’emploi »[11]. Une  thématique toujours d’actualité puisque, ces dernières années, des reportages ont été diffusés sur ce sujet comme Statistiques sur l’emploi des femmes en Corse, Noi, 19/06/2002[12].

 

De même, à cette époque, certaines femmes commencent à s’investir aussi bien dans le culturel que le politique. Cependant, elles restent peu nombreuses à l’assemblée de Corse, ou dans les mairies. La télévision revient sur cet état de fait notamment sur la parité hommes femmes pour les législatives, Noi, 29/05/2002 et Parité hommes femmes en Corse, Merci pour l’info, 17/11/2003, Territoires n°262 : Les Femmes élues de L’Assemblée de Corse du 31/03/2000[13]. Le mouvement nationaliste aussi s’est ouvert aux femmes. Des femmes ont en effet rejoint ce mouvement, comme Victoire Canale, militante nationaliste puis initiatrice du Manifeste pourla Vie.

 

  • Femmes et violence

 

Cependant, si cette entrée dans la vie politique reste mesurée, les femmes sont les premières à se mobiliser contre la violence[14]. Ainsi, à l’époque des fêtes de fin d’année 1994, alors que de nombreux meurtres politiques et de droit commun endeuillentla Corse, une trentaine de femmes se réunissent alors à Bastia et rédigent un manifeste faisant état de leur révolte face à la situation de violence et de terreur et à la politique menée par le gouvernement français quant à la « question corse ». En 1995, elles commencent à mener un travail de sensibilisation en milieu scolaire, dans les quartiers et les lieux publics sur les problèmes de la violence, organisent des rencontres avec les appareils judiciaires, et animent des débats, ainsi en 1996, dans le cadre du festival Trans-Méditerranée, avec des femmes siciliennes en lutte contrela Mafia, des femmes algériennes… syndicalistes, journalistes, juristes…

Ces femmes font alors l’objet de multiples reportages où on les compare aux femmes siciliennes qui luttent contre la Mafia(Femmes corses : halte à la violence, Bas les masques, 17/01/1996, A la rencontre des femmes corses, Estivales, 31/07/1996)[15].

 

Cette thématique, intéresse particulièrement la télévision nationale qui salue le courage de ces femmes méditerranéennes qui luttent contre la violence. A la fin des années 90, l’on trouve sur les chaînes hertziennes de nombreux reportages sur ce mouvement qui a pu rassembler parfois jusqu’à 40 000 personnes dans les villes corses. Nous pouvons évoquer en outre le débat au Cercle de minuit le 16/04/1997, les femmes corses avec Victoire Canale, qui permet pour la première fois à la télévision de donner la parole aux insulaires sur cette violence qu’ils vivent au quotidien et cela avec une grande liberté de ton[16].

 

Mais le reportage qui reste le plus marquant est celui réalisé par Arte : La mort dans l’âme : paroles de femmes Corses diffusé le 17/05/1997[17]. Réalisé par Milka Assaf, ce documentaire revient sur le désarroi de ces femmes qui ont perdu un compagnon, un père, un frère ou un ami lors de la guerre entre nationalistes. Elles ne sont pas toutes membres du Manifeste mais sont favorables à la démarche, même si elles émettent quelques critiques. Ce documentaire émouvant cherche à comprendre le rôle de ces femmes face à la violence.

 

Le documentaire démarre sur une image forte : celle de femmes qui fleurissent des tombes. Le commentaire appuie cette ambiance morbide « L’histoire de la Corse comme celle de la Méditerranée est une histoire de violence fratricide et de guerres »[18]. Une de ces femmes qui se recueillent, Angèle Battestini confirme cette atmosphère de mort : « Ici, on vit avec le passé » et montrant sa dernière demeure affirme : « c’est le seul bout de Corse que l’on possède »[19].

Dès les premières images, le réalisateur tente d’établir la force du rapport entre les femmes et la mort. Angèle, sa mère et sa fille expliquent alors que la mort est présente au quotidien dans l’esprit de la femme corse et méditerranéenne. La grand-mère l’affirme en disant : « Je n’ai jamais aimé le noir, pourtant on a tellement porté le noir, jeune. Pour moi, une fois qu’on est mort, on est mort mais on pense à cela chaque jour »[20]. Angèle renchérit : « Assassinats, accidentés de la route, nos filles ont vu beaucoup de morts »[21]. Ce à quoi Serena, la fille d’Angèle, d’une vingtaine d’années qui a vu des camarades mourir réplique : « Les Corses s’entretuent et ça fait mal. Cependant le Manifeste n’a pas allumé une bougie pour tous les morts. C’est injuste »[22].

 

Cette séquence fait le lien avec une séquence suivante où la voix-off évoque tous les règlements de compte qui ont eu lieu depuis quelques années. Chaque assassinat évoqué ponctue par la suite le reportage ainsi que des manifestations du Manifeste pour la vie.

Le reportage part ensuite à la rencontre d’une autre femme en deuil, Laurence Mariani, maire de Soveria dont le fils, ancien maire, a été assassiné. Celle-ci se recueille devant la tombe de son fils : « En 1990 mon fils a été tué devant la maison à Soveria. J’ai de la haine dans le cœur, je ne sais pas qui a tué mon fils. Depuis la mort de mon fils, j’ai perdu la foi »[23].

 

Un constat est partagé par toutes ces femmes, c’est l’inutilité de la violence : « Nous, si on s’est rebellé, c’est qu’il y avait des magouilles au sein des milieux nationalistes » dit Angèle[24]. Serena, sa fille, renchérit : « Les milieux nationalistes, c’est trop pourri ! »[25]. Pour Angèle, cette violence a renforcé le culte de la mort  « Ma génération n’a plus le culte de la mort, pourtant les jeunes l’ont. On dit maintenant : s’il est mort, c’est qu’il a fait quelque chose. Aujourd’hui, on s’élève contre ça ! J’ai peur que tous ces jeunes soient morts pour rien. Nous, on a connu la prison, cette génération de jeunes a connu la mort. On n’oubliera pas nos morts »[26].

Ce regard de femme se heurte à celui de certains hommes qui n’envisagent pas l’arrêt de la violence : « S’il n’y avait pas de violence, il y aurait de la décadence, on ne pourrait pas changer ça ! »[27].

 

Si la violence est la toile de fond de ce reportage, il s’agit pour le réalisateur de montrer avant tout des portraits de femmes qui se battent pour faire évoluer la société corse. En est l’exemple, cette syndicaliste de Bastia qui travaille dans les quartiers populaires : « La misère existe chez nous aussi, alors, le combat pour la corsitude n’est pas le plus important. J’aime bien les légendes, les polyphonies. Je parle corse de façon viscérale mais je n’ai jamais pensé que la culture, c’est la Corse, la culture est l’échange entre les civilisations. Ce que j’aime en Corse c’est le mode de vie qu’on a. Je ne suis pas passéiste. Je suis citoyenne du monde, alors mourir pour des idées, non ! »[28].

 

Le documentaire nous montre alors que ces femmes militent autrement que les hommes avec l’exemple de la chanteuse Patrizia Gattacecca, militante culturelle : « Á l’époque où j’ai pris ma guitare, c’était le Riacquistu. Pendant ces années-là, on s’est aperçu qu’on perdait des choses. Á 17 ans, j’ai fait du chant alors qu’il n’y avait que des hommes car la culture et la politique étaient liées. Je suis une nationaliste de la première heure. Aujourd’hui, je milite par le biais de l’écriture mais je ne me reconnais dans aucun mouvement. On est des gens qui vivons notre histoire mais le climat de violence nous perd. Je suis partie du manifeste car je voulais m’exprimer dans un domaine différent. Je trouve qu’on ne doit pas aller dénoncer les gens, c’est la justice qui doit faire son travail. Ne pas accepter les pressions, c’est du militantisme »[29].

La mairesse de Soveria, elle, milite pour que la justice soit faite : « Je suis devenue maire pour faire avancer l’enquête sur l’assassinat de mon fils. Je ferai tout ce que je peux, je me battrai »[30]. Ce portrait de femmes corses, loin des stéréotypes, reste encore une chose rare à la télévision.

 

Cependant, ces dernières années, les reportages aux sujets difficiles sur les femmes n’ont pas manqué. Nous pourrions citer un reportage sur les femmes de prisonniers politiques (Le CAR (Comité anti-répression) dénonce le cas de Femmes de prisonniers assignées à résidence, Noi, 23/09/2002) ou encore un reportage qui a fait grand bruit en 2008 réalisés par Jackie Poggioli sur les femmes battues dans le magazine Ghjenti en Corse[31]. C’était la première fois que l’on réalisait un tel reportage à la télévision régionale. Les documentaires historiques sur les femmes ont aussi fait depuis quelques années leur apparition (Les femmes en résistance, Territoires, 25/05/2001)[32].

En2009 aété diffusée à la télévision un documentaire de Dominique Thiery sur les femmes corses. Elle est allée à la rencontre de femmes impliquées dans le politique ou encore le culturel. Ces initiatives permettent un certain renouveau dans la façon de présenter les femmes d’aujourd’hui.

 

Mais, l’image de la femme corse reste avant tout l’image de la femme que l’on se figure en Méditerranée. A savoir, l’image d’une femme engagée contre la violence, mais aussi une femme militante gardienne de la mémoire. Mais la condition féminine reste cependant taboue.


[1] G. Ravi-Giordani, « La femme dans la société traditionnelle corse », in Femmes Corses et Femmes Méditerranéennes, Actes du Colloque de Bastia, Etudes Corses, 1974, n° 5-6, 1976, p.19.

[2] J-M. Arrighi, O. Jehasse, Histoire de la Corse et des Corse, op.cit., p.485.

[3] Annexes.

[5] Voir Personnalités.

[6] G. Ravis-Giordani, « La femme corse, images et réalités » in Pieve è Paesi, Edition du CNRS, Marseille, 1978, p.191.

[7] Annexes.

[8] Entretiens.

[9] Idem.

[10] Annexes.

[11] Idem.

[12] Idem.

[13] Idem.

[14] A. Jaffe, « La femme, le mot et le pouvoir en Corse », Méridiens, n° 13-14, 1991.

[15] Annexes.

[16] Idem.

[17] Idem.

[18] Idem.

[19] Idem.

[20] Idem.

[21] Idem.

[22] Idem.

[23] Idem.

[24] Idem.

[25] Idem.

[26] Idem.

[27] Idem.

[28] Idem.

[29] Idem.

[30] Idem.

[31] Idem.

[32] Idem.

lisa

Ingénieur de recherche (contractuelle) à l’UMR CNRS 6240 LISA, Université de Corse Pasquale Paoli pour le projet M3C (Médiathèque Culturelle de la Corse et des Corses) au sein du thème de recherche ICPP (Identité et Culture : les Processus de Patrimonialisation), Lisa D’Orazio a travaillé sur les films amateurs à la Cinémathèque de Corse à la suite d’un Post-doctorat à l’UMR CNRS 6240 LISA de l’Université de Corse mené sous la direction de Mme le Professeur Dominique Verdoni. Docteur en histoire, elle a soutenu sa thèse, sous la direction de Mme le Professeur Maryline Crivello et M. le Professeur émérite Bernard Cousin, intitulée « La Corse au petit écran. Construction d’une identité en Méditerranée : imaginaire, culture et politique (1955/2007) » à l’Université de Provence en 2009.

More Posts

Participation au colloque de la MESCE juillet 2011, UMR CNRS 6240 LISA Université de Corse France 3 Corse Via Stella comme vecteur de transmission, d’éducation et de formation : Un support pédagogique pour le patrimoine et langue corse

La langue corse qui a failli disparaître au cours du XXe siècle est devenue une revendication incontournable depuis les années 1970 : il faut la faire vivre, l’enseigner. Cela passe par le chant, la littérature, le théâtre, la presse mais aussi par la télévision. Concernant cette dernière, à France 3 Corse, l’usage de la langue est au cœur de la politique de l’antenne dès la création du journal télévisé Corsica Sera en 1982. Dès lors, plus largement que ne l’a fait l’école, en provoquant une soudaine « mise en onde » de la réalité langagière, l’émergence médiatique du corse est venue bousculer les attitudes antérieures[1]. Cet impact du média a donc ouvert de nouvelles perspectives aux enseignants et aux chercheurs.

Aujourd’hui, plus que jamais la télévision est devenue un véritable outil de promotion et de diffusion de cette langue.  Outre cet aspect, cette antenne régionale est devenue un véritable support pédagogique quant à l’enseignement de cette langue. Par exemple, cette télévision travaille en collaboration avec le CRDP (Centre Régional de Documentation Pédagogique) à créer des programmes didactiques d’apprentissage de la langue corse. Au vu de la multiplication des projets allant dans ce sens,  l’on peut donc se demander légitimement si ce vecteur, ce médiateur culturel a véritablement un impact pédagogique ? Pour tenter de répondre à cette question, nous étudierons l’exemple de deux émissions Coolori et Munumenti è Siti di Corsica. Ces émissions ont comme point commun d’être en langue corse et de permettre l’apprentissage de la langue par le biais de la découverte du patrimoine à l’aide d’un lexique final. Il sera donc fort opportun d’évoquer ces exemples de transmission et d’apprentissage de la langue et surtout de s’interroger sur la réception et l’accueil du public auquel ils sont destinés. Ainsi, le but de cette communication permettra de comprendre en quoi la télévision peut être un véritable outil pédagogique.

La communication se déclinera en trois parties :

1/ La place de la langue corse à l’antenne : un bref historique

2/ France 3 Corse Via Stella : un nouveau support pédagogique ?

3/ Un outil indispensable pour la promotion de la langue corse ?


[1] J. Thiers, Papiers d’identités, op. cit. , p.212.

lisa

Ingénieur de recherche (contractuelle) à l’UMR CNRS 6240 LISA, Université de Corse Pasquale Paoli pour le projet M3C (Médiathèque Culturelle de la Corse et des Corses) au sein du thème de recherche ICPP (Identité et Culture : les Processus de Patrimonialisation), Lisa D’Orazio a travaillé sur les films amateurs à la Cinémathèque de Corse à la suite d’un Post-doctorat à l’UMR CNRS 6240 LISA de l’Université de Corse mené sous la direction de Mme le Professeur Dominique Verdoni. Docteur en histoire, elle a soutenu sa thèse, sous la direction de Mme le Professeur Maryline Crivello et M. le Professeur émérite Bernard Cousin, intitulée « La Corse au petit écran. Construction d’une identité en Méditerranée : imaginaire, culture et politique (1955/2007) » à l’Université de Provence en 2009.

More Posts

30 ans de Médias corses

http://www.alta-frequenza.com/podcast/confidences/sampiero_sanguinetti_journaliste

La télévision et la radio insulaire n’ont pris leur essor qu’au début des années 80. La radio Alta Frequenza qui fête ses trente ans revient sur cette histoire de la radiotélévision insulaire.

lisa

Ingénieur de recherche (contractuelle) à l’UMR CNRS 6240 LISA, Université de Corse Pasquale Paoli pour le projet M3C (Médiathèque Culturelle de la Corse et des Corses) au sein du thème de recherche ICPP (Identité et Culture : les Processus de Patrimonialisation), Lisa D’Orazio a travaillé sur les films amateurs à la Cinémathèque de Corse à la suite d’un Post-doctorat à l’UMR CNRS 6240 LISA de l’Université de Corse mené sous la direction de Mme le Professeur Dominique Verdoni. Docteur en histoire, elle a soutenu sa thèse, sous la direction de Mme le Professeur Maryline Crivello et M. le Professeur émérite Bernard Cousin, intitulée « La Corse au petit écran. Construction d’une identité en Méditerranée : imaginaire, culture et politique (1955/2007) » à l’Université de Provence en 2009.

More Posts

Du sous-équipement ou suréquipement, La Corse est passée au numérique

En Corse, le problème de la réception, est resté longtemps une constante. En effet, du fait de son relief, l’île reçoit mal, durant des années la télévision. Ainsi, des débuts de la télévision en Corse (rappelons d’ailleurs que la Corse est la dernière région à bénéficier de la télévision au début des années 1960), à la création de Via Stella, le problème de réception reste récurrent.  Pourtant aujourd’hui, la Corse est passée sans heurt au numérique. Nous nous proposons de mettre en lumière les étapes qui ont fait passer l’île du sous équipement au suréquipement.

 

« Une île privée de télévision » :

 

Au début des années 1960, La Corse reçoit tardivement la télévision française. Les ondes italiennes plus puissantes parasitent les programmes français. D’autre part, du fait du relief montagneux insulaire, la réception reste faible voire carrément inexistante dans certaines zones. Ces problèmes de réception sont alors souvent critiqués par la presse locale. A l’époque, le magazine régional Kyrn dénonce la qualité médiocre des images : « 0/10 à la télédiffusion de France qui n’en finit pas d’incommoder les téléspectateurs insulaires par la médiocrité des images qu’elle leur sert quotidiennement »[1].

 

Outre les problèmes liés au relief, la Corse est souvent la dernière pourvue comme peut en témoigner l’arrivée tardive de FR3 au milieu des années 1970 : « Enfin la Corse desservie par la troisième chaîne. Si rien n’est venu interrompre le cours normal des choses, celle-ci rayonne sur l’île, plus exactement sur Ajaccio et Bastia »[2]. Un retard, rappelons le  qui est habituel à cette période : « Et puisque la troisième chaîne s’installe en Corse, profitons de l’occasion pour rappeler que ce n’est qu’en 1963 que la RTF s’est implantée en Corse et y installe un centre radio animé par un journaliste, un technicien et une secrétaire. Deux caméras muettes sont cependant confiées à deux correspondants chargés de couvrir l’actualité susceptible d’alimenter les informations régionales diffusées depuis Marseille. En 1965, Bastia reçoit à son tour une antenne radio avec un journaliste. En 1969, deux équipes sonores (une à Bastia, l’autre à Ajaccio) élisant domicile en Corse avec pour mission de produire un magazine télévisé hebdomadaire, monté et diffusé à Marseille, et ce n’est qu’en 1973 que la Corse reçoit une cellule de montage et mixage TV qui lui permet enfin de pouvoir  » confectionner  » sur place son produit. Quant à la réception, son amélioration n’est pas encore achevée »[3].

Les problèmes de diffusion et de réception persistent durant de longues années. En 1985, Kyrn décerne encore des mauvaises notes : « 0/10 à TDF pour la mauvaise qualité technique des émissions de Corsica Sera vérifiée au mois de janvier »[4].

La réception est tellement difficile qu’en 1988, Jacques Chirac, alors premier ministre, fait de ces  problèmes une priorité lorsqu’il évoque le paysage audiovisuel insulaire : « Plusieurs interventions figurant dans le rapport font état de difficultés de réception, tant pour les programmes de FR3 que de RCFM. A cet égard, il convient de souligner que TDF a mis en œuvre et étudie des solutions afin de remédier aux aléas techniques de transmission des signaux du Continent vers la Corse. Des zones d’ombre existent en Corse, eu égard au relief tourmenté de l’île, leur résorption est une opération de longue haleine compte tenu des investissements qu’elle suppose »[5].

 

Cependant, la situation s’améliore quelques peu au milieu des années 1990. Pourtant jusqu’au passage au numérique de nombreux foyers en Corse n’avaient à leur disposition que trois chaînes en analogique. De même l’installation de la nouvelle chaîne corse satellite France 3 Corse Via Stella, en 2007, avait suscité quelques difficultés de réception.

 

Une télévision cible d’attentat, une volonté de non réception :

 

Outre des problèmes liés au relief et à l’équipement, la réception parfois a pu pâtir du contexte de l’île. Nous nous proposons de rappeler à ce propos l’anecdote suivante :

Le 13 août 1977, l’antenne du Pignu qui dessert toute la Haute Corse est détruite par un attentat : « Vides. Grises, vides et muettes. Première, seconde, troisième chaîne, c’est pareil : la même absence, le même mutisme depuis que le Pignu a sauté. Colère, impuissance et désarroi devant l’écran blafard ou, au contraire, occasion à saisir pour briser le cercle de la dépendance ? »[6]. Un évènement vu alors avec philosophie et humour par les insulaires : « A quelqu’un qui demandait à une vieille femme si elle ne s’ennuyait pas sans sa télé, celle-ci répondit : » mais non, mais si certains ne savent pas quoi faire, alors qu’ils fassent des enfants  » »[7].

Cet attentat apparaît comme un bienfait car le fait de se retrouver sans télévision permet de réactiver les coutumes de veillée et de retrouver sa propre culture : « Au fond, la sédimentation de l’ère télévisée, le quaternaire en quelque sorte, n’est ni très ancienne ni très épaisse. On le savait : en Corse elle craque même facilement en été au travers de ces paesi in festa[8] qui redécouvrent, précisément la fête, mais seulement pour quelques jours et quand les villages sont pleins. Mais ça se confirme : l’épaisse tranche de l’ère communautaire qui portait en elle le sens des rencontres et des échanges, ressurgit par endroits à la faveur de ce temps sans télé »[9].

Un épisode unique en Corse qui semble cependant  révélateur des relations parfois difficiles entre les Corses et la télévision.

 

Vers le « suréquipement, conséquence d’une réception liée aux aléas du relief :

 

Pour conclure, sur ces réflexions préalables, nous souhaiterions souligner qu’aujourd’hui les insulaires sont de très grands consommateurs de télévision et ont donc par conséquent soufferts des difficultés de réception. Pour pallier cet état de fait, ils se sont depuis les années 1980 équipés en conséquent des dernières innovations : « La Corse est une des régions méditerranéennes les mieux pourvues en téléviseurs. Il y en a 27669 en Corse du Sud et 31963 en Haute Corse soit un total de 59632. A noter que les téléviseurs couleur sont plus nombreux que ceux en noir et blanc »[10]. Et le pourcentage ne fait qu’augmenter : « 67% di i Corsi hannu una vittura, 88% una televisione, micca troppu miseriosi nò? (67% des Corses ont une voiture, 88% une télévision, ils ne sont pas trop miséreux, n’est-ce pas ?) »[11].

Cet état de fait permet d’expliquer pourquoi le passage au numérique s’est effectué dans la sérénité. Ainsi, le 24 mai 2011, dès les premières heures de mise en route des émetteurs, la couverture dépasse déjà 88% de la population. Le lendemain, il ne reste que 6% du territoire insulaire à couvrir. « De l’avis du Conseil Supérieur de l’Audiovisuel, c’est en Corse que le passage au tout numérique s’est le mieux passé »[12], comme l’a relayé la radio régionale Alta Frequenza.

En effet, selon Nicolas Abou, conseiller au CSA, la préparation était « la meilleure en Corse ». 96% des gens étaient informés et beaucoup s’étaient équipés en conséquence. En effet 45% des foyers possédaient déjà une antenne satellite selon Nicolas Abou[13]. Quant aux autres, ils attendaient avec impatience le passage au numérique qui devrait une bonne fois pour toute « éradiquer » les problèmes de réception.


[1] Magazine régional Kyrn, Décembre 1977, p.12.

[2] « Corse d’ici et d’ailleurs : Enfin la 3e chaîne ! », la Méridionale, le 19/06/1977.

[3] Idem.

[4] Kyrn, Mars 1985, p.6.

[5] « Le rôle de FR3 Corse précisé par le premier ministre », La Corse-Le Provençal, le 10/03/1988.

[6] Kyrn, août 1977.

[7] Idem.

[8] Villages en fête.

[9] Idem.

[10] Kyrn, Octobre 1982, p.11.

[11] Kyrn, Février 1984, p.12.

[13] Idem.

lisa

Ingénieur de recherche (contractuelle) à l’UMR CNRS 6240 LISA, Université de Corse Pasquale Paoli pour le projet M3C (Médiathèque Culturelle de la Corse et des Corses) au sein du thème de recherche ICPP (Identité et Culture : les Processus de Patrimonialisation), Lisa D’Orazio a travaillé sur les films amateurs à la Cinémathèque de Corse à la suite d’un Post-doctorat à l’UMR CNRS 6240 LISA de l’Université de Corse mené sous la direction de Mme le Professeur Dominique Verdoni. Docteur en histoire, elle a soutenu sa thèse, sous la direction de Mme le Professeur Maryline Crivello et M. le Professeur émérite Bernard Cousin, intitulée « La Corse au petit écran. Construction d’une identité en Méditerranée : imaginaire, culture et politique (1955/2007) » à l’Université de Provence en 2009.

More Posts

Quelques zones d’ombre encore pour la télévision numérique en Corse

http://www.alta-frequenza.com/index.php/l_info/l_actu/tele_numerique_encore_des_zones_d_ombre_49258
Si 90% de la Corse est couverte, il restera quelques zones d’ombres minimes dues au relief dans des endroits reculés.

lisa

Ingénieur de recherche (contractuelle) à l’UMR CNRS 6240 LISA, Université de Corse Pasquale Paoli pour le projet M3C (Médiathèque Culturelle de la Corse et des Corses) au sein du thème de recherche ICPP (Identité et Culture : les Processus de Patrimonialisation), Lisa D’Orazio a travaillé sur les films amateurs à la Cinémathèque de Corse à la suite d’un Post-doctorat à l’UMR CNRS 6240 LISA de l’Université de Corse mené sous la direction de Mme le Professeur Dominique Verdoni. Docteur en histoire, elle a soutenu sa thèse, sous la direction de Mme le Professeur Maryline Crivello et M. le Professeur émérite Bernard Cousin, intitulée « La Corse au petit écran. Construction d’une identité en Méditerranée : imaginaire, culture et politique (1955/2007) » à l’Université de Provence en 2009.

More Posts

La Corse passe au numérique

http://www.alta-frequenza.com/l_info/l_actu/la_corse_est_passee_au_numerique_49226

lisa

Ingénieur de recherche (contractuelle) à l’UMR CNRS 6240 LISA, Université de Corse Pasquale Paoli pour le projet M3C (Médiathèque Culturelle de la Corse et des Corses) au sein du thème de recherche ICPP (Identité et Culture : les Processus de Patrimonialisation), Lisa D’Orazio a travaillé sur les films amateurs à la Cinémathèque de Corse à la suite d’un Post-doctorat à l’UMR CNRS 6240 LISA de l’Université de Corse mené sous la direction de Mme le Professeur Dominique Verdoni. Docteur en histoire, elle a soutenu sa thèse, sous la direction de Mme le Professeur Maryline Crivello et M. le Professeur émérite Bernard Cousin, intitulée « La Corse au petit écran. Construction d’une identité en Méditerranée : imaginaire, culture et politique (1955/2007) » à l’Université de Provence en 2009.

More Posts

CorsicaThèque

Le but de ce carnet est de contribuer modestement à l’écriture d’une histoire culturelle moderne et contemporaine de la Corse à travers l’utilisation de fonds variés (iconographie, films, photographie…) personnels ou institutionnels. Notre volonté est de communiquer avec d’autres chercheurs sur ces questions « d’image » et « d’imaginaire ».

_____________________

The purpose of this book is to contribute to write a cultural history and contemporary of Corsica through the use of various funds (iconography, film, photography …) personal or institutional. My wish is to communicate with other researchers on these issues « image » and « imaginary ».

lisa

Ingénieur de recherche (contractuelle) à l’UMR CNRS 6240 LISA, Université de Corse Pasquale Paoli pour le projet M3C (Médiathèque Culturelle de la Corse et des Corses) au sein du thème de recherche ICPP (Identité et Culture : les Processus de Patrimonialisation), Lisa D’Orazio a travaillé sur les films amateurs à la Cinémathèque de Corse à la suite d’un Post-doctorat à l’UMR CNRS 6240 LISA de l’Université de Corse mené sous la direction de Mme le Professeur Dominique Verdoni. Docteur en histoire, elle a soutenu sa thèse, sous la direction de Mme le Professeur Maryline Crivello et M. le Professeur émérite Bernard Cousin, intitulée « La Corse au petit écran. Construction d’une identité en Méditerranée : imaginaire, culture et politique (1955/2007) » à l’Université de Provence en 2009.

More Posts