Du sous-équipement ou suréquipement, La Corse est passée au numérique

En Corse, le problème de la réception, est resté longtemps une constante. En effet, du fait de son relief, l’île reçoit mal, durant des années la télévision. Ainsi, des débuts de la télévision en Corse (rappelons d’ailleurs que la Corse est la dernière région à bénéficier de la télévision au début des années 1960), à la création de Via Stella, le problème de réception reste récurrent.  Pourtant aujourd’hui, la Corse est passée sans heurt au numérique. Nous nous proposons de mettre en lumière les étapes qui ont fait passer l’île du sous équipement au suréquipement.

 

« Une île privée de télévision » :

 

Au début des années 1960, La Corse reçoit tardivement la télévision française. Les ondes italiennes plus puissantes parasitent les programmes français. D’autre part, du fait du relief montagneux insulaire, la réception reste faible voire carrément inexistante dans certaines zones. Ces problèmes de réception sont alors souvent critiqués par la presse locale. A l’époque, le magazine régional Kyrn dénonce la qualité médiocre des images : « 0/10 à la télédiffusion de France qui n’en finit pas d’incommoder les téléspectateurs insulaires par la médiocrité des images qu’elle leur sert quotidiennement »[1].

 

Outre les problèmes liés au relief, la Corse est souvent la dernière pourvue comme peut en témoigner l’arrivée tardive de FR3 au milieu des années 1970 : « Enfin la Corse desservie par la troisième chaîne. Si rien n’est venu interrompre le cours normal des choses, celle-ci rayonne sur l’île, plus exactement sur Ajaccio et Bastia »[2]. Un retard, rappelons le  qui est habituel à cette période : « Et puisque la troisième chaîne s’installe en Corse, profitons de l’occasion pour rappeler que ce n’est qu’en 1963 que la RTF s’est implantée en Corse et y installe un centre radio animé par un journaliste, un technicien et une secrétaire. Deux caméras muettes sont cependant confiées à deux correspondants chargés de couvrir l’actualité susceptible d’alimenter les informations régionales diffusées depuis Marseille. En 1965, Bastia reçoit à son tour une antenne radio avec un journaliste. En 1969, deux équipes sonores (une à Bastia, l’autre à Ajaccio) élisant domicile en Corse avec pour mission de produire un magazine télévisé hebdomadaire, monté et diffusé à Marseille, et ce n’est qu’en 1973 que la Corse reçoit une cellule de montage et mixage TV qui lui permet enfin de pouvoir  » confectionner  » sur place son produit. Quant à la réception, son amélioration n’est pas encore achevée »[3].

Les problèmes de diffusion et de réception persistent durant de longues années. En 1985, Kyrn décerne encore des mauvaises notes : « 0/10 à TDF pour la mauvaise qualité technique des émissions de Corsica Sera vérifiée au mois de janvier »[4].

La réception est tellement difficile qu’en 1988, Jacques Chirac, alors premier ministre, fait de ces  problèmes une priorité lorsqu’il évoque le paysage audiovisuel insulaire : « Plusieurs interventions figurant dans le rapport font état de difficultés de réception, tant pour les programmes de FR3 que de RCFM. A cet égard, il convient de souligner que TDF a mis en œuvre et étudie des solutions afin de remédier aux aléas techniques de transmission des signaux du Continent vers la Corse. Des zones d’ombre existent en Corse, eu égard au relief tourmenté de l’île, leur résorption est une opération de longue haleine compte tenu des investissements qu’elle suppose »[5].

 

Cependant, la situation s’améliore quelques peu au milieu des années 1990. Pourtant jusqu’au passage au numérique de nombreux foyers en Corse n’avaient à leur disposition que trois chaînes en analogique. De même l’installation de la nouvelle chaîne corse satellite France 3 Corse Via Stella, en 2007, avait suscité quelques difficultés de réception.

 

Une télévision cible d’attentat, une volonté de non réception :

 

Outre des problèmes liés au relief et à l’équipement, la réception parfois a pu pâtir du contexte de l’île. Nous nous proposons de rappeler à ce propos l’anecdote suivante :

Le 13 août 1977, l’antenne du Pignu qui dessert toute la Haute Corse est détruite par un attentat : « Vides. Grises, vides et muettes. Première, seconde, troisième chaîne, c’est pareil : la même absence, le même mutisme depuis que le Pignu a sauté. Colère, impuissance et désarroi devant l’écran blafard ou, au contraire, occasion à saisir pour briser le cercle de la dépendance ? »[6]. Un évènement vu alors avec philosophie et humour par les insulaires : « A quelqu’un qui demandait à une vieille femme si elle ne s’ennuyait pas sans sa télé, celle-ci répondit : » mais non, mais si certains ne savent pas quoi faire, alors qu’ils fassent des enfants  » »[7].

Cet attentat apparaît comme un bienfait car le fait de se retrouver sans télévision permet de réactiver les coutumes de veillée et de retrouver sa propre culture : « Au fond, la sédimentation de l’ère télévisée, le quaternaire en quelque sorte, n’est ni très ancienne ni très épaisse. On le savait : en Corse elle craque même facilement en été au travers de ces paesi in festa[8] qui redécouvrent, précisément la fête, mais seulement pour quelques jours et quand les villages sont pleins. Mais ça se confirme : l’épaisse tranche de l’ère communautaire qui portait en elle le sens des rencontres et des échanges, ressurgit par endroits à la faveur de ce temps sans télé »[9].

Un épisode unique en Corse qui semble cependant  révélateur des relations parfois difficiles entre les Corses et la télévision.

 

Vers le « suréquipement, conséquence d’une réception liée aux aléas du relief :

 

Pour conclure, sur ces réflexions préalables, nous souhaiterions souligner qu’aujourd’hui les insulaires sont de très grands consommateurs de télévision et ont donc par conséquent soufferts des difficultés de réception. Pour pallier cet état de fait, ils se sont depuis les années 1980 équipés en conséquent des dernières innovations : « La Corse est une des régions méditerranéennes les mieux pourvues en téléviseurs. Il y en a 27669 en Corse du Sud et 31963 en Haute Corse soit un total de 59632. A noter que les téléviseurs couleur sont plus nombreux que ceux en noir et blanc »[10]. Et le pourcentage ne fait qu’augmenter : « 67% di i Corsi hannu una vittura, 88% una televisione, micca troppu miseriosi nò? (67% des Corses ont une voiture, 88% une télévision, ils ne sont pas trop miséreux, n’est-ce pas ?) »[11].

Cet état de fait permet d’expliquer pourquoi le passage au numérique s’est effectué dans la sérénité. Ainsi, le 24 mai 2011, dès les premières heures de mise en route des émetteurs, la couverture dépasse déjà 88% de la population. Le lendemain, il ne reste que 6% du territoire insulaire à couvrir. « De l’avis du Conseil Supérieur de l’Audiovisuel, c’est en Corse que le passage au tout numérique s’est le mieux passé »[12], comme l’a relayé la radio régionale Alta Frequenza.

En effet, selon Nicolas Abou, conseiller au CSA, la préparation était « la meilleure en Corse ». 96% des gens étaient informés et beaucoup s’étaient équipés en conséquence. En effet 45% des foyers possédaient déjà une antenne satellite selon Nicolas Abou[13]. Quant aux autres, ils attendaient avec impatience le passage au numérique qui devrait une bonne fois pour toute « éradiquer » les problèmes de réception.


[1] Magazine régional Kyrn, Décembre 1977, p.12.

[2] « Corse d’ici et d’ailleurs : Enfin la 3e chaîne ! », la Méridionale, le 19/06/1977.

[3] Idem.

[4] Kyrn, Mars 1985, p.6.

[5] « Le rôle de FR3 Corse précisé par le premier ministre », La Corse-Le Provençal, le 10/03/1988.

[6] Kyrn, août 1977.

[7] Idem.

[8] Villages en fête.

[9] Idem.

[10] Kyrn, Octobre 1982, p.11.

[11] Kyrn, Février 1984, p.12.

[13] Idem.

lisa

Ingénieur de recherche (contractuelle) à l’UMR CNRS 6240 LISA, Université de Corse Pasquale Paoli pour le projet M3C (Médiathèque Culturelle de la Corse et des Corses) au sein du thème de recherche ICPP (Identité et Culture : les Processus de Patrimonialisation), Lisa D’Orazio a travaillé sur les films amateurs à la Cinémathèque de Corse à la suite d’un Post-doctorat à l’UMR CNRS 6240 LISA de l’Université de Corse mené sous la direction de Mme le Professeur Dominique Verdoni. Docteur en histoire, elle a soutenu sa thèse, sous la direction de Mme le Professeur Maryline Crivello et M. le Professeur émérite Bernard Cousin, intitulée « La Corse au petit écran. Construction d’une identité en Méditerranée : imaginaire, culture et politique (1955/2007) » à l’Université de Provence en 2009.

More Posts

Quelques zones d’ombre encore pour la télévision numérique en Corse

http://www.alta-frequenza.com/index.php/l_info/l_actu/tele_numerique_encore_des_zones_d_ombre_49258
Si 90% de la Corse est couverte, il restera quelques zones d’ombres minimes dues au relief dans des endroits reculés.

lisa

Ingénieur de recherche (contractuelle) à l’UMR CNRS 6240 LISA, Université de Corse Pasquale Paoli pour le projet M3C (Médiathèque Culturelle de la Corse et des Corses) au sein du thème de recherche ICPP (Identité et Culture : les Processus de Patrimonialisation), Lisa D’Orazio a travaillé sur les films amateurs à la Cinémathèque de Corse à la suite d’un Post-doctorat à l’UMR CNRS 6240 LISA de l’Université de Corse mené sous la direction de Mme le Professeur Dominique Verdoni. Docteur en histoire, elle a soutenu sa thèse, sous la direction de Mme le Professeur Maryline Crivello et M. le Professeur émérite Bernard Cousin, intitulée « La Corse au petit écran. Construction d’une identité en Méditerranée : imaginaire, culture et politique (1955/2007) » à l’Université de Provence en 2009.

More Posts

La Corse passe au numérique

http://www.alta-frequenza.com/l_info/l_actu/la_corse_est_passee_au_numerique_49226

lisa

Ingénieur de recherche (contractuelle) à l’UMR CNRS 6240 LISA, Université de Corse Pasquale Paoli pour le projet M3C (Médiathèque Culturelle de la Corse et des Corses) au sein du thème de recherche ICPP (Identité et Culture : les Processus de Patrimonialisation), Lisa D’Orazio a travaillé sur les films amateurs à la Cinémathèque de Corse à la suite d’un Post-doctorat à l’UMR CNRS 6240 LISA de l’Université de Corse mené sous la direction de Mme le Professeur Dominique Verdoni. Docteur en histoire, elle a soutenu sa thèse, sous la direction de Mme le Professeur Maryline Crivello et M. le Professeur émérite Bernard Cousin, intitulée « La Corse au petit écran. Construction d’une identité en Méditerranée : imaginaire, culture et politique (1955/2007) » à l’Université de Provence en 2009.

More Posts

LA NAISSANCE SOUS L’OEIL DES CAMERAS DE L’EXPRESSION MEDIATIQUE PROBLEME CORSE (1965)

L’expression « problème corse » naît, dans le cadre du magazine de reportage 5 Colonnes à la Une. C’est une émission historique et très populaire qui crée cette terminologie.  Á partir de cette émission, la vision de la Corse se modifie sensiblement au niveau national.  Comment est donc né le « problème corse » ? Quelle représentation dégage-t-on de cette émission ?

Contexte de réalisation, rétrospective sur 5 Colonnes à la Une

L’émission est créée le 9 janvier 1959, sous l’impulsion de Pierre Lazareff, ancien chef des services français de l’information puis directeur de la voix de l’Amérique à Londres (1942/1943), de Pierre Dumayet et de Pierre Desgraupes représentant le journalisme de radio et de télévision, d’Igor Barrère, réalisateur de grands directs qui fit l’apport de ses qualités de technicien et d’Eliane Victor, secrétaire générale de coordination. Le lancement de 5 Colonnes à la Une en janvier 1959, est dû à Jean d’Arcy, directeur des programmes de la TV et Pierre Lazareff, patron du groupe de presse Frampar, éditeur de France-Soir. Le premier est désireux de développer une information à grand spectacle qui échappe à la direction de l’information de la RTF et qui puisse s’ouvrir à des collaborations extérieures[1]. Cette initiative est immédiatement bien perçue par la presse et le public. Le 11 janvier 1959, la journaliste Janick d’Arbois titre son article dans le Monde « Une thérapeutique de choc »[2]. Elle reste sur la défensive : « Les téléspectateurs sont comme ces malades dont un régime trop austère rétrécit peu à peu l’estomac : le menu plantureux préparé par Lazareff, Dumayet, Desgraupes était peut-être trop riche, par rapport à celui que nous sert habituellement la télévision française, pour que nous l’absorbions sans malaise. Il ne faudrait pas en conclure trop rapidement que nous préférons nos choux maigres quotidiens à ceux-ci un peu trop gras. Nous ne demandons qu’à prendre de nouvelles habitudes. Mais on ne juge pas seulement un nouveau magazine sur la richesse de son contenu. Ses intentions, son style importent. Il ne fait pas de doute que 5 Colonnes est une formule neuve qui fait éclater les cadres un peu étriqués des émissions ronronnantes que nous connaissons»[3].

Jean Cotte, un autre journaliste, quant à lui, reconnaît qu’il est séduit : « Desgraupes et Dumayet ont ajusté leur tir et leur tirage de 5 Colonnes, hier soir : progrès considérable en effet par rapport à la première émission dans le domaine de la composition. Mieux ordonnée, cette émission a pourtant perdu un peu de son pouvoir de choc, de sensation brute parfois brutale qui donnait un charme souvent âpre et cinglant à certaines rubriques de la première émission »[4]. 5 Colonnes à la Une n’en finit pas de susciter les analyses et les réflexions. Le magazine reste, néanmoins, fort apprécié du public et des professionnels. Le magazine d’actualité diffusé une fois par mois le vendredi à 20 heures 30, est donc l’un des premiers magazines de reportage qui naît à cette époque.

5 Colonnes est, alors pour l’époque, une innovation : une « école de mise en scène du réel »[5] grâce au format film de 16 minutes qui permet de traduire l’atmosphère d’un lieu et de restituer la vérité d’une situation. Cet aspect est particulièrement intéressant, car il permet, pour le chercheur de restituer les préoccupations d’une époque et la façon de traiter un thème. Les sujets sont brefs, les images « choc », le montage est rapide et l’événement est toujours transformé en un double récit : une enquête journalistique et un drame humain vécu par les protagonistes[6]. C’est le cas notamment du reportage sur Les rapatriés d’Algérie, qui mêle éléments d’enquête et interventions de ces derniers. Il y a un souci du pathos et du rythme. L’obsession des producteurs est de rendre le produit accessible à tous grâce notamment à la diversité des thèmes et sujets, et, grâce aussi au ton employé qui est celui de la presse à grand tirage comme France-Soir ou Paris-Match fondé en 1949. 5 Colonnes est conçu selon les mêmes critères, transposés pour la télévision Mais c’est aussi une innovation, grâce à l’introduction d’un élément nouveau : l’interview. En interrogeant des témoins ou des acteurs de l’action, on leur demande d’apporter une validation au propos du reportage. C’est souvent le cas dans Le tournant corse où les intervenants réagissent comme complément du commentaire. Ils remplacent les autorités habilitées seules à exprimer leurs opinions.

Mais, malgré son caractère novateur l’émission, comme l’affirme Jérôme Bourdon, fait encore preuve d’un certain conformisme, en évitant par exemple de se mêler aux enjeux politiques[7]. Ainsi, face à un régime autoritaire, dans un contexte difficile, le magazine est surtout préoccupé de politique étrangère. Un seul chiffre  nous permet de démontrer ce fait : en 1965, 5 Colonnes a traité quatre fois de politique française[8]. Au niveau national, on privilégie surtout les variétés : les portraits de vedettes du cinéma et de la chanson, comme c’est le cas avec un reportage sur Tino Rossi. Cette prudence est conforme aux conceptions générales des responsables qui veulent faire de la télévision un moyen d’éducation et de distraction avant tout populaire. Il ne faut pas dénigrer le gouvernement aux yeux de la population et, au contraire, l’important est de véhiculer des valeurs républicaines mises à mal au sortir d’une guerre qui a profondément remis en question l’unité nationale. Mais surtout les pressions sont fortes et de nombreux moyens financiers sont en jeu. Heureusement, Pierre Lazareff sait jouer de ses relations politiques et professionnelles ainsi que des complémentarités au sein de son groupe de presse. Par exemple, le réseau des correspondants du journal France-Soir sera utile aux reporters du magazine : il arrive qu’on envoie une équipe commune. 5 Colonnes y trouve un avantage supplémentaire, car ainsi sont contournées les pesantes réglementations administratives de la RTF.

En 1964, la réforme du statut de la radio et de la télévision fait du nouvel ORTF un établissement public, à caractère industriel et commercial, et met en place la même année une deuxième chaîne[9]. Cette période est propice aux innovations, le matériel continue de s’alléger et en 1967 c’est l’avènement de la couleur. La télévision entre véritablement dans les mœurs. Les téléspectateurs sont plus nombreux mais aussi plus exigeants. Ils sont de plus en plus avides d’informations. 5 Colonnes à la Une devient alors très populaire car elle répond à cette importante demande. Mais c’est aussi à cette époque qu’elle se trouve confrontée à la concurrence. Ce genre explose alors et les magazines de reportages s’imposent sur toutes les chaînes. Ainsi, 5 Colonnes doit changer de formule dès 1965. L’émission désormais se consacre à un seul thème tout en continuant à présenter des sujets d’actualité et en ne renonçant pas à la variété. Le ton devient cependant moins guindé. C’est un nouveau souffle… Cependant Mai 68 marque le déclin du genre. A cause de l’engagement de leurs personnels, les magazines de reportage sont enlevés du petit écran. 5 Colonnes à la Une disparaît alors.

5 Colonnes à la Une et la Corse

5 Colonnes réalise plusieurs reportages marquants sur la Corse de 1959 à 1965 : du premier intitulé Le Catenacciu de Sartene (« Le Catenaccio de Sartenne » sic) diffusé en 1959 [10], en passant par Des Français d’Afrique du Nord de 1961,[11] ou encore Le temps passe Tino Rossi reste : 03/05/1963[12] à enfin Le tournant corse. Ainsi, en ce qui concerne la Corse, cette émission a exploré les multiples facettes de celle-ci et a suivi son « entrée » dans l’actualité. Avec Le tournant Corse, 5 Colonnes crée aussi « le tournant » du traitement médiatique de l’île. Le sujet est déterminé et est un sujet guidé par l’événement, car le reportage est né des plasticages de Ghisonaccia. A partir de là il importe d’abord de faire une enquête, de savoir ce qui doit être tourné, quelles sont les personnes qu’il sera intéressant d’interroger. Concernant Le tournant corse, la multiplicité des lieux et des témoins révèle un travail de repérage très important. Il a fallu étudier les conditions locales au moyen de visites, de rendez-vous. La problématique développée tout le long du reportage est de savoir pourquoi on en est arrivé à des actes de violence. Le choix du réalisateur est de développer cette question pour montrer qu’à ce moment précis la Corse est à un tournant de son histoire.

Contexte

Si 5 Colonnes à la Une s’est déplacée en Corse, c’est que l’île connaît une situation de crise inédite. En effet, dans le courant de l’été 1965, dans la plaine de Migliacciaru à l’est de la Corse, retentissent les premières explosions dues à des attentats au plastic. Les maisons récemment aménagées par la SOMIVAC (Société de Mise en Valeur Agricole de la Corse), avant d’être affectées à des exploitants corses ou rapatriés d’Afrique du Nord offrant des « garanties » suffisantes, sont les premières cibles. L’inscription « La Corse aux Corses » badigeonnée sur les murs des constructions endommagées ne laisse aucun doute sur la signification de l’attentat[13].

A la même période, le pendant de la SOMIVAC, la SETCO (Société d’Equipement Touristique de la Corse) chargée du développement du tourisme, devait construire en cinq ans, une centaine d’hôtels offrant environ 3000 chambres et des villages de bungalows représentant une capacité suffisante pour répondre à la demande. Elle devait également encourager l’aménagement de gîtes ruraux dans les villages, en incitant les habitants à utiliser les possibilités de subventions et de prêts. Cependant, les résultats ne sont pas à la hauteur des prévisions : quatre hôtels (300 chambres) ont été construits, La Pietra à Ile-Rousse, Arena Bianca à Propriano, Cala Rossa à Porto-Vecchio et l’hôtel du Cap devenu le Sofitel de Porticcio[14].

Le Plan d’Action Régionale qui avait fait naître tant d’espoir en Corse connaît son premier coup d’arrêt et le mécontentement ne fait plus alors que croître. C’est dans ce contexte que se déroule le reportage de 5 Colonnes à la Une qui s’interroge sur ces premiers actes violents.

Lieux de conflits, lieux de tournage

Le reportage analyse alors la situation en multipliant les déplacements sur les différents lieux de conflit afin de saisir au mieux la complexité de la situation. Il commence sur la Plaine orientale et plus particulièrement dans la petite commune de Ghisonaccia : théâtre des événements, là se trouvent les bâtiments de la SOMIVAC implantés sur une plaine assainie par les Américains depuis 1945. Ces anciens lieux marécageux se sont alors révélés propices à une agriculture à grande échelle, grâce à ses étendues planes et a été occupé par les Pieds-noirs. Il est devenu par conséquent le lieu de tous les enjeux alors que pendant longtemps, il était resté à l’abandon. Pendant ce temps, les Corses se sont retranchés au dessus de la Plaine orientale, dans le Fium’orbo (Fium’orbu). Amers, ils sont contraints de pratiquer une « agriculture vivrière ». Dans cette région de montagne composée de petits villages dissimulés dans l’ombre, refermés sur eux-mêmes et qui petit à petit se vident, ils attendent de l’aide. Le reportage met l’accent sur ce jeu d’ombre et de lumière entre plaine et montagne.

L’émission laisse ensuite de côté les paysages agricoles et va vers le sud, lieu de lumière et de loisirs. Plus exactement pour Ajaccio et Porto-Vecchio. Forte de ce tourisme haut de gamme, Porto-Vecchio deuxième ville de Corse du Sud est devenue grâce à ses plages un des hauts lieux du tourisme insulaire. Ajaccio n’est pas en reste avec sa station balnéaire Porticcio qui se développe dans les années 1960 pour accueillir un tourisme de luxe et de qualité grâce à des enseignes prestigieuses comme le Sofitel (hôtel 4 étoiles). L’opulence de ces endroits tranche fortement avec la vétusté des intérieurs ruraux de la première partie, comme si on voulait nous faire comprendre qu’il y a deux « Corse », (une moderne et l’autre archaïque) qui cohabitent.

Les témoins

Le choix des témoins comme celui des lieux témoigne du contraste entre deux « Corse ». Ceux-ci sont recrutés dans les milieux sociaux les plus divers. Mais le monde des agriculteurs domine. Ceux-ci sont extrêmement divisés. Ils se placent dans cette même logique, entre modernité et respect des traditions. Aussi certains sont encore attachés à une agriculture traditionnelle qui tend à disparaître progressivement. C’est le cas du comité des agriculteurs du Fium’Orbu (très présents dans la première partie du reportage) qui rassemble les exploitants qui se sentent exclus des investissements de la SOMIVAC. Ils assistent impuissants au dépeuplement des villages et à l’effondrement d’une certaine forme d’agriculture. Ce sont souvent des hommes proches de la retraite et qui ne peuvent plus prendre de risques. Ceux-ci en sont réduits aux actes violents et à l’intimidation. Pourtant, ils ne sont pas encore, comme ce patriarche du Fium’Orbu, contraints d’abandonner la terre. D’un ton désabusé, celui-ci en effet explique que ses fils sont partis sur le continent, ayant compris que la terre ne rapporte plus rien. A côté de ceux-là, d’autres finalement ont fait le choix de la modernisation. On trouve deux jeunes exploitants qui eux, représentent la nouvelle génération. Ils ont fait preuve d’initiatives et jouissent des aides de la SOMIVAC. Cependant, comme ils le reconnaissent eux-mêmes, ils sont soumis au bon vouloir des dirigeants.

Face aux agriculteurs, MM Watin, Santoni et Turon[15], sont les principaux interlocuteurs. M. Watin est le responsable de la SOMIVAC. Il est là pour réagir aux attentats et expliquer la politique de celle-ci. Il est à la fois l’interlocuteur des élus et celui des agriculteurs, tout en suivant les consignes de l’Etat. M. Turon préfet de l’île, quant à lui est la voix du gouvernement et préside à la politique de grands travaux qui a lieu dans l’ensemble des grandes villes de l’île. Il jouit d’une mauvaise image car il s’est élevé contre les élus impliqués dans les grands mouvements revendicatifs des années 1960 qui s’étaient prononcés contre le Plan d’Action Régionale. M. Santoni quant à lui, est le président de la chambre d’agriculture. Il est chargé de faire le relais entre le monde politique et la SOMIVAC. Il est l’un de ceux qui gèrent l’attribution des lots de terre dans la plaine orientale. Il bénéficie de « l’appui politique des clans »[16].

Cependant, dans ce reportage, sollicitées par les problèmes de l’agriculture et de l’économie, les classes dirigeantes sont partagées et restent en retrait. Les deux figures les plus importantes de l’île répondent pourtant aux interviews et leur vision de la société corse reste très traditionaliste. Jean-Paul de Rocca-Serra, maire de Porto-Vecchio et « chef du clan de l’extrême sud » est à l’initiative du développement de sa ville et s’intéresse au développement du tourisme, mais il n’est pas partisan d’une évolution politique de la société corse. François Giacobbi, quant à lui, président du Conseil Général, est le chef de l’autre grand clan de l’intérieur de la Corse dont le fief est Venaco et l’ensemble de la région de Corte. Pour eux, la Corse a un système de fonctionnement immuable.

Face à cet immobilisme, certaines voix s’élèvent pour la première fois. M. Martini, pharmacien de Bastia, membre de la bourgeoisie libérale fait partie de cette population de notables, qui, même s’ils ont les moyens financiers de participer à la vie politique, s’en trouvent exclus. Il est le fondateur du DIECO (groupement de Défense et de promotion des Intérêts Economiques Corses). Il croit que la Corse est à un tournant et que, pour elle, c’en est fini du temps des départs massifs. Cet optimisme est partagé par des jeunes étudiants qui les premiers choisissent de retourner au pays, notamment Lucien Felli[17]. Il fait partie de cette première génération qui, avec le tournant des années 1960, décide de rentrer travailler dans l’île. A la différence des générations précédentes qui ne voyaient en la Corse qu’un lieu pour passer la retraite, ces jeunes ont envie de s’y investir.

Cependant la population corse reste encore sceptique et encline au fatalisme. Un berger du centre de la Corse est interviewé, il ne croit pas à ce fameux tournant corse. Il représente l’une de ces professions amenées à disparaître avec la modernité et a poussé ses enfants, plus instruits, à quitter l’île pour devenir fonctionnaires. D’autres encore sont réticents à toute modernisation, comme ces deux pêcheurs sur le port de Bastia. Ce sont donc toutes les opinions et toutes les contradictions de l’île qui sont exposées dans ce reportage pour répondre à la question, existe-t-il ou non un « tournant corse »?

Un reportage qui démarre sur des images « choc »

Nous allons à présent rentrer dans le vif du sujet, en examinant l’impression générale dégagée par le reportage et étudier l’impact des images. La première partie s’ouvre sur les images choc de la multiplication des inscriptions sur les murs, notamment dans la Plaine orientale et à Bastia : «  La Corse aux Corses, la Corse restera corse… »[18]. Les plans ajoutent en gravité en montrant les ruines de maisons plastiquées. Cette atmosphère de tension est soulignée par le commentaire. Des mots forts sont évoqués par la voix-off comme « vives contestations, revendication violente… ». « Il est établi lors de ces premiers plans qu’une série de plasticages contre la SOMIVAC a eu lieu ces derniers temps »[19].  Le début du reportage pose le contexte et procure au téléspectateur un sentiment de malaise.

Pour faire retomber un peu la pression,  le reportage offre une pause au spectateur en présentant le lieu et les acteurs. On lui montre, alors, un paysage typique d’agriculture à haut rendement avec de vastes étendues labourées. La modernité de cette agriculture est mise en valeur par des plans sur des équipements nouveaux, par le biais d’une succession d’images sur les systèmes d’irrigation. Les résultats de cette agriculture sont exposés également avec la multiplication des plans sur les divers produits : agrumes, avocats et artichauts. Après avoir dressé un tableau idyllique de cette agriculture moderne, on découvre les locaux de la SOMIVAC à l’origine de ce développement. Le commentaire décrit les moyens mis en œuvre par celle-ci, à savoir les progrès de l’irrigation et des engrais. « Cette plaine s’est modernisée grâce à l’aide de la SOMIVAC qui distribue des lots aux agriculteurs »[20]. Après cette présentation, le reportage redémarre sur une rupture, symbolisée par l’image du village figé dans son passé. Face à cette apologie de la modernité, le village, engoncé dans sa vallée, tranche. Sombre, replié sur lui-même, il symbolise une Corse amenée à disparaître, suite au formidable essor des années 1960. C’est dans ce village « endormi » que l’on rencontre les premiers insulaires. L’acquisition des terres est au cœur des enjeux. Les interviewés affirment de nouveau « Nous sommes réunis pour défendre les intérêts des agriculteurs corses, ces terres leur appartiennent en priorité… »[21]. A la suite de cette réunion, les plans sont pris de nouveau à l’extérieur. Ceux-ci mettent en évidence un champ laissé à l’abandon afin d’appuyer les propos du comité des agriculteurs.

La polémique reprend avec la contestation des propos des agriculteurs apportée par M. Watin. Le responsable de la SOMIVAC répond à ces critiques. Il explique que 75% des terres ont été attribuées aux rapatriés, mais cela est en partie dû au manque d’investissement des Corses. Pour illustrer ces propos, se succèdent des plans divers sur les produits de l’agriculture pour souligner les progrès et les réussites de cette méthode, en l’opposant aux vestiges de l’agriculture montagnarde en terrasses. Après cette entrée en matière, l’interview de deux jeunes agriculteurs et d’un patriarche apporte la contradiction aux propos du responsable de la SOMIVAC. Pour les agriculteurs, le problème ne vient pas du manque de travail des Corses, mais du fait qu’ils n’avaient pas les moyens de pouvoir gérer des parcelles de cette importance. Le patriarche du Fium’Orbu le dit, alors, avec force « Si j’avais été rapatrié, j’aurais tout eu, le matériel, la mise en valeur, l’habitation, les frais d’installation, les achats de plantes… »[22]. M. Watin pense, quant à lui, que ce problème ne pourra se régler que si on offre une formation aux jeunes corses.

A la suite des interviews, un retour est fait sur les images de violence du début, afin de recentrer le sujet sur les difficultés occasionnées par la modernisation de la société corse. L’interview des jeunes agriculteurs, puis en parallèle celle du patriarche reprennent ce thème. Les jeunes louent la présence des rapatriés. Pour eux, ils sont à l’origine des progrès réalisés dans la Plaine orientale. Ils ont beaucoup appris d’eux et se sont nourris de leur expérience. Cependant, pour eux, les responsables de cette mauvaise répartition sont les élus et le clan qui ont placé les leurs. « Si on parle de la responsabilité dans la distribution des lots, les plus responsables sont nos élus. Ils ont donné des lots à des agriculteurs soi-disant qui n’étaient pas des agriculteurs ou ceux qui avaient beaucoup de terre et qui ont vendu cette terre… »[23]. Ils montrent néanmoins que les jeunes commencent à bouger « ça se répète depuis longtemps, les hommes politiques en Corse ont intérêt à ce que les jeunes ne comprennent pas trop. Les jeunes réagissent, maintenant, on essaie. Pour avoir des lots, on demande à la SOMIVAC, mais on a plus de chances si on a l’appui d’un élu corse, c’est pareil pour les prêts… »[24]. La première partie de l’émission s’achève ainsi sur le village d’où la contestation est partie. L’événement qui a suscité l’intérêt d’un reportage permet de servir de point de départ à une analyse des problèmes de développement de la Corse.

Analyse du « problème corse »

L’événement sert donc de point de départ à une interrogation plus profonde sur la « question corse ». L’agriculture est laissée de côté pour analyser le développement économique et social de l’île. Les interviews successives, celle de M. Santoni, puis à Ajaccio, celle de M. Martini permettent de montrer la division de la société corse face aux moyens de la modernisation. D’un côté apparaît la figure de l’élu, M. Santoni, accusé d’avoir attribué des lots à son propre fils. Il se justifie « Non, je n’ai pas attribué de lots à mon fils. Il a fait un dossier comme tout le monde, c’est passé par la SOMIVAC et ce lot lui a été attribué… »[25]. Face à lui, on constate la représentation d’une bourgeoisie urbaine de profession libérale qui aimerait prendre part à la vie politique à travers la figure de M. Martini « Je suis pour une rupture avec le système clanique. Pour cela, nous devons nous organiser, nous, la classe moyenne urbaine… »[26]. La structure clanique (« le clan ») est pour la première fois contestée et reste prudente. Est-elle à un tournant de son histoire ? Ainsi Jean-Paul De Rocca-Serra affirme « Non, les clans ne sont pas un obstacle à la modernisation de la Corse. Je pense que les clans évoluent. Il y a un domaine qui nous reste réservé, à savoir celui des intérêts fondamentaux de notre île. Pour cela, il y a une unité d’action de tous nos élus… »[27]. Sur ce point, les clans sont donc plus que jamais unis et cela est confirmé par François Giacobbi : « Nous sommes une société patriarcale »[28]. Dès lors, entre nostalgie du passé et souhait de modernité, la population insulaire semble partagée. C’est une Corse encore archaïque qui s’exprime dans les plans suivants, notamment avec l’interview d’un berger, de deux pêcheurs et de maraîchers. A cet immobilisme des élus répond un immobilisme de la population. Ainsi que l’expriment ces deux pêcheurs sur le port de Bastia réfractaires à tout changement. « Que pensez-vous des progrès de l’agriculture dans la Plaine orientale? Pour nous c’est un mal, pour la Corse c’est peut être bien, pour les pêcheurs c’est mal, ça ne nous intéresse pas »[29]. La rupture de ton avec cette population frileuse quant au développement, survient avec la vue sur la pancarte du lotissement de Fior del Mare. Les plans se multiplient sur les hôtels de luxe, la vie de farniente avec ses estivants bronzant autour de la piscine. Les interviews de M. Martini et du préfet M. Turon montrent que des changements sont en train de se produire. Le décor choisi pour l’interview de M. Turon n’est pas anodin. Il pose en effet devant des immeubles en construction.

Le commentaire dresse aussi un portrait de l’île et de ses carences. C’est un compte-rendu de tous les retards qu’elle a à rattraper. « La Corse a cependant de gros retards. Son commerce est encore artisanal. Les supermarchés sont inexistants, les petits magasins souffrent de problèmes de distribution »[30]. Cependant une lueur d’espoir apparaît dans le texte de la voix-off « Le tourisme semble être un secteur en pleine expansion et les hôtels fleurissent ainsi que les lotissements qui s’étendent un peu partout comme sur la Rive Sud d’Ajaccio »[31]. Cet enthousiasme est terni par le manque d’infrastructures de l’île « Même avec le développement du tourisme de luxe, la Corse souffre d’un problème d’infrastructures. Les réseaux routiers ne desservent pas bien l’ensemble de l’île… Les liaisons avec le continent sont aussi défectueuses »[32]. Cependant le reportage se conclut, apportée par le jeune étudiant Lucien Felli, sur une note positive: « La Corse change et nous les jeunes, sentons qu’il est possible de travailler et vivre au pays »[33]. Le dernier plan sur le golfe d’Ajaccio, montrant un pin face à la mer, met en exergue la Corse immuable de beauté, malgré ce changement des années 1960. A travers ce reportage, pour la première fois, la télévision dresse le tableau d’une île et de son malaise.


[1] J. Bourdon, Histoire de la Télévision sous de Gaulle, Anthropos-INA, Paris, 1990

.

, p.87.

[2] Idem.

[3] Ibid., p.13.

[4] Idem.

[5] Idem.

[6] Ibid., p.88.

[7] Ibid. p.90.

[8] J-N. Jeanneney, M. Sauvage, La Télévision nouvelle mémoire : les magazines de grands reportages (1959-1968), Seuil-INA, Paris, 1982, p.55.

[9] J-N., Jeanneney, L’écho du siècle. Dictionnaire historique de la Radio et de la Télévision, Hachette littératures, Arte Éditions, La Cinquième Édition,
1999.

[10] J-N. Jeanneney, M. Sauvage, La Télévision nouvelle mémoire : les magazines de grands reportages (1959-1968), op. cit. Sommaire Avril 1959 : La catastrophe de Madagascar, le dalaï-lama, Paola Wolf (la sœur d’Hitler), le pipe-line de Hassi-Messaoud, Affaire à la cour : Camille Rayon, Bethléem ville Sainte, M. Molotov en Mongolie, Jeanne Moreau, Vendredi Saint à Sartène.

[11] J-N. Jeanneney, Sauvage M., La Télévision nouvelle mémoire : les magazines de grands reportages (1959-1968), op. cit. Sommaire Juin 1961 :Genève (conférence d’Evian), Messada à une heure d’Evian, le chapiteau des miracles, invasion au Paradis, la République des Boers, Sur l’eau à 100 km/h, des français d’Afrique du Nord en Corse.

[12] J-N. Jeanneney, M. Sauvage, La Télévision nouvelle mémoire : les magazines de grands reportages ( 1959-1968), op. cit. Sommaire Mai 1963 : Mort à Madrid : interview de Mme Grimeau, 60 jours sous les mers, où en sont les rapatriés, une école en Côte d’Ivoire, Yougoslavie : interview de Tito, Tino Rossi, la deuxième chaîne Jaccoud parle (Ibid).

[13] F. Pomponi (dir.), Le mémorial des Corses, SARL Le Mémorial des Corses, Ajaccio, 1981, p.271.

[14] Ibid., p.272.

[15] M. A. Turon : Préfet de Corse de 1962 à 1966.

[16] Terme validé par les intéressés eux-mêmes.

[17] Voir Personnalités.

[18] Annexes.

[19] Idem.

[20] Idem.

[21] Idem.

[22] Idem.

[23] Idem.

[24] Idem.

[25] Idem.

[26] Idem.

[27] Idem.

[28] Idem.

[29] Idem.

[30] Idem.

[31] Idem.

[32] Idem.

[33] Idem.

lisa

Ingénieur de recherche (contractuelle) à l’UMR CNRS 6240 LISA, Université de Corse Pasquale Paoli pour le projet M3C (Médiathèque Culturelle de la Corse et des Corses) au sein du thème de recherche ICPP (Identité et Culture : les Processus de Patrimonialisation), Lisa D’Orazio a travaillé sur les films amateurs à la Cinémathèque de Corse à la suite d’un Post-doctorat à l’UMR CNRS 6240 LISA de l’Université de Corse mené sous la direction de Mme le Professeur Dominique Verdoni. Docteur en histoire, elle a soutenu sa thèse, sous la direction de Mme le Professeur Maryline Crivello et M. le Professeur émérite Bernard Cousin, intitulée « La Corse au petit écran. Construction d’une identité en Méditerranée : imaginaire, culture et politique (1955/2007) » à l’Université de Provence en 2009.

More Posts

LA CORSE AU PETIT ECRAN, COMPRENDRE UN SYSTEME D’IMAGES ET DE DISCOURS A LA TELEVISION

La Corse « la plus proche des îles lointaines », paraît très médiatique mais peut être, aussi, très méconnue. La Corse a eu une presse très développée puisque les Archives départementales ont recensé jusqu’à 480 titres, avec par exemple le développement de 80 titres rien que pour la période de l’Entre-deux-guerres ! De 1945 à 1995, le nombre de quotidiens français est passé de 203 (28 nationaux et 175 régionaux) à 67 (11 nationaux et 56 régionaux)[1]. Le doyen de la Presse française et européenne n’est-il pas à cet égard le Journal de La Corse qui paraît depuis le 1er novembre 1817 (un hebdomadaire qui sort aujourd’hui tous les vendredis) ?

Ainsi, depuis les années soixante s’est développée une presse écrite particulière, spécifique, militante, en langue, française et corse.

Le développement des médias audio-visuels ne pouvait que conforter cette appétence des insulaires pour l’information.

Que ce soit à travers l’actualité, souvent douloureuse, les médias contribuent à la construction d’un regard complexe sur la Corse où prédomine une image noire et négative, figée, héritage de constructions littéraires et cinématographiques.

Nous avons choisis ici de donner quelques repères chronologiques sur l’élaboration des représentations concernant la Corse à travers l’exemple de la télévision.

Outre des échelles d’analyse multiples, ce travail s’inscrit sur la longue durée soit, de la première diffusion d’une émission télévisée sur la Corse en 1955, à 2007 date de l’inauguration de la chaîne France 3 Corse Via Stella à vocation méditerranéenne.

Afin de mieux cerner en quoi ces dates sont pertinentes, nous allons proposer ici un cadre chronologique retraçant trois temps forts de l’évolution des représentations télévisuelles concernant la Corse : le moment où l’on passe de la recherche d’une identité télévisuelle spécifique à l’affirmation de cette identité médiatique, puis à une ouverture de plus en plus importante sur l’espace méditerranéen.

L’élaboration d’un système de représentation télévisuel concernant la Corse est donc constituée de plusieurs phases :

– Une première phase, allant de 1955 à 1965, où la Corse est peu présente à l’antenne où une image figée et traditionnelle domine. Des magazines traitent alors de sujets concernant principalement le folklore et les traditions. Ils émanent parfois d’émissions à succès comme 5 Colonnes à la Une par exemple. Ce manque « d’intérêt » pour l’île concerne aussi le traitement de l’information régionale.

– 1965 constitue une rupture dans ce premier traitement de l’île. Une série d’événements permettent aux médias de prendre conscience des réalités insulaires. La télévision renvoie de l’île désormais une image conflictuelle et violente.

– Enfin, la troisième phase est marquée par la création d’une télévision régionale corse. En 1982, France 3 Corse devient une antenne autonome de la direction marseillaise. Le Journal Télévisé Corsica sera est inauguré le 16 décembre 1982[1]. Une période d’innovations télévisuelles s’ouvre en Corse.

– Enfin, la dernière phase est celle de l’ouverture vers la Méditerranée. Depuis 1995, la télévision corse jouit d’un rayonnement plus grand en s’imposant comme un des centres de développement d’une télévision « ouverte » sur le bassin méditerranéen, grâce au magazine Mediterraneo qui « dévoile la Méditerranée non pas comme un antique creuset des cultures européennes mais comme le point de convergence de trois continents »[2]. Cette réalisation innovante est une coproduction de la RAI, de France 3 Méditerranée et de France 3 Corse.

Ce projet ouvre alors de nouvelles perspectives à France 3 Corse qui aboutissent à la création d’une chaîne câblée Via Stella en 2007.

Nous reviendrons donc sur ces phases dans ce carnet en les agrémentant d’images, de sons mais aussi en détaillant des émissions « tournant ».


[1] J. Bourdon et C. Méadel, Les Écrans de la Méditerranée, Histoire d’une télévision régionale, 1954-1994, op. cit., p. 70.

[2] www.france3.fr


[1] S. Halimi, Les nouveaux chiens de garde, Editions. Liber-Raisons d’agir, Paris, 1997.

lisa

Ingénieur de recherche (contractuelle) à l’UMR CNRS 6240 LISA, Université de Corse Pasquale Paoli pour le projet M3C (Médiathèque Culturelle de la Corse et des Corses) au sein du thème de recherche ICPP (Identité et Culture : les Processus de Patrimonialisation), Lisa D’Orazio a travaillé sur les films amateurs à la Cinémathèque de Corse à la suite d’un Post-doctorat à l’UMR CNRS 6240 LISA de l’Université de Corse mené sous la direction de Mme le Professeur Dominique Verdoni. Docteur en histoire, elle a soutenu sa thèse, sous la direction de Mme le Professeur Maryline Crivello et M. le Professeur émérite Bernard Cousin, intitulée « La Corse au petit écran. Construction d’une identité en Méditerranée : imaginaire, culture et politique (1955/2007) » à l’Université de Provence en 2009.

More Posts

CorsicaThèque

Le but de ce carnet est de contribuer modestement à l’écriture d’une histoire culturelle moderne et contemporaine de la Corse à travers l’utilisation de fonds variés (iconographie, films, photographie…) personnels ou institutionnels. Notre volonté est de communiquer avec d’autres chercheurs sur ces questions « d’image » et « d’imaginaire ».

_____________________

The purpose of this book is to contribute to write a cultural history and contemporary of Corsica through the use of various funds (iconography, film, photography …) personal or institutional. My wish is to communicate with other researchers on these issues « image » and « imaginary ».

lisa

Ingénieur de recherche (contractuelle) à l’UMR CNRS 6240 LISA, Université de Corse Pasquale Paoli pour le projet M3C (Médiathèque Culturelle de la Corse et des Corses) au sein du thème de recherche ICPP (Identité et Culture : les Processus de Patrimonialisation), Lisa D’Orazio a travaillé sur les films amateurs à la Cinémathèque de Corse à la suite d’un Post-doctorat à l’UMR CNRS 6240 LISA de l’Université de Corse mené sous la direction de Mme le Professeur Dominique Verdoni. Docteur en histoire, elle a soutenu sa thèse, sous la direction de Mme le Professeur Maryline Crivello et M. le Professeur émérite Bernard Cousin, intitulée « La Corse au petit écran. Construction d’une identité en Méditerranée : imaginaire, culture et politique (1955/2007) » à l’Université de Provence en 2009.

More Posts