Drogue : du tabou à la surmédiatisation

Ces derniers mois, les médias évoquent sans tabou le problème de la drogue et des jeunes. Un constat qui n’est certes pas nouveau mais qui fut, pendant longtemps, dérangeant. En effet, on a longtemps pensé et affirmé que l’île était à l’abri des fléaux comme la drogue et le sida. Pour s’apercevoir, en fin de compte, que la jeunesse corse payait à l’un comme à l’autre un lourd tribut « caché ». La découverte de cette forme de normalisation, accentuée par la télévision a constitué un véritable traumatisme pour cette société insulaire qui, si elle commençait à douter d’elle-même et de la permanence de ses valeurs, s’est pourtant crue longtemps à l’abri de ces dérives. Ainsi, très peu de médias ont réalisé des reportages sur ces questions avant les années 2000. Très courageusement pourtant le périodique Kyrn avait tiré la sonnette d’alarme au début des années 1980. C’était d’autant plus méritoire que dans une société encore attachée aux valeurs traditionnelles, avec des nationalistes luttant contre ces « paradis artificiels », ces « drogués » n’étaient pas pour le Kyrn des marginaux, des étrangers, des hippies mais de jeunes insulaires déjà touchés par un mal-être. Un mal-être que l’on évoque aujourd’hui sans retenue et qui fait la une des radios, de la presse et qui semble à cette veille d’échéances politiques s’inviter dans le débat. Pourtant, aujourd’hui encore, il semble que ce qu’il manque dans ces médias, en effectuant un décryptage sommaire du flot d’informations concernant cette question, c’est de la chair, du témoignage. La drogue chez les jeunes en Corse, ce « fléau » est encore peut être trop effleuré, pas assez fouillé. Si une étape a été franchie : on a posé un doigt sur le problème. Ne faut-il pas désormais donner la parole aux premiers concernés ?

lisa

Ingénieur de recherche (contractuelle) à l’UMR CNRS 6240 LISA, Université de Corse Pasquale Paoli pour le projet M3C (Médiathèque Culturelle de la Corse et des Corses) au sein du thème de recherche ICPP (Identité et Culture : les Processus de Patrimonialisation), Lisa D’Orazio a travaillé sur les films amateurs à la Cinémathèque de Corse à la suite d’un Post-doctorat à l’UMR CNRS 6240 LISA de l’Université de Corse mené sous la direction de Mme le Professeur Dominique Verdoni. Docteur en histoire, elle a soutenu sa thèse, sous la direction de Mme le Professeur Maryline Crivello et M. le Professeur émérite Bernard Cousin, intitulée « La Corse au petit écran. Construction d’une identité en Méditerranée : imaginaire, culture et politique (1955/2007) » à l’Université de Provence en 2009.

More Posts

Mission sacrée et ces sacrés clichés , 24ori

Si la majorité des médias nous promettaient une fiction passionnante, la majorité des Corses a vu dans ce film un coup supplémentaire qui conforte l’image déjà bien caricaturale et négative de l’île véhiculé à tout crin par les dernières fictions qui nous ont été données à voir. En effet, le Prophète, Mafiosa ou encore des émissions comme Enquête exclusive de M6 apparaissent désormais comme de la « roupie de sansonnet » face au grand déballage de clichés en tout genre qui fleurissent sur la Corse à chaque minute de ce téléfilm qualifie par Bernard Bonnet avant sa diffusion « d’à peine caricaturale ». Une analyse que reprend d’ailleurs unanimement la presse nationale. Et pourtant…
Pourtant, tous les clichés transmis par la télévision, le cinéma et la littérature romantique sont présents et se succèdent comme on enfile des perles. Le Corse est violent et les exemples abondent dans le téléfilm : les enfants le mercredi jouent avec les armes de leur père, les nationalistes maltraitent les femmes… Par ailleurs, l’élu corse est roublard et mégalo comme il est démontré de nombreuses fois dans ce téléfilm.
Si on ne réfléchit finalement rien de neuf dans la façon que l’on a de représenter la Corse depuis l’époque romantique. Le problème est plutôt dans la réception de cette image qui pèse de plus en plus aux insulaires et qui contribuent à créer chez ceux-ci toutes sortes d’interrogations et une véritablement fondamentale : doit-on être les gardiens de notre image et les vecteurs de celle-ci ? Le public exterieur à l’île adhère-t-il à ces poncifs ?
Car cette image négative est peut-être le fruit d’une carence : une carence d’images qui nous seraient propres. En effet, c’est en se réappropriant un regard sur nous-mêmes que nous pourrions contribuer à la construction de nos propres clichés. En somme à l’édification d’un imaginaire collectif loin de Mérimé et autres « Mission sacrée »…

lisa

Ingénieur de recherche (contractuelle) à l’UMR CNRS 6240 LISA, Université de Corse Pasquale Paoli pour le projet M3C (Médiathèque Culturelle de la Corse et des Corses) au sein du thème de recherche ICPP (Identité et Culture : les Processus de Patrimonialisation), Lisa D’Orazio a travaillé sur les films amateurs à la Cinémathèque de Corse à la suite d’un Post-doctorat à l’UMR CNRS 6240 LISA de l’Université de Corse mené sous la direction de Mme le Professeur Dominique Verdoni. Docteur en histoire, elle a soutenu sa thèse, sous la direction de Mme le Professeur Maryline Crivello et M. le Professeur émérite Bernard Cousin, intitulée « La Corse au petit écran. Construction d’une identité en Méditerranée : imaginaire, culture et politique (1955/2007) » à l’Université de Provence en 2009.

More Posts