La Corse est-elle au coeur de la Méditerranée ? article du 24 Ore du 5 au 11 janvier 2012

La Corse a-t-elle un avenir en Méditerranée ? Peut-elle être un centre en Méditerranée occidentale ? Ces questions sont d’actualité surtout lorsque l’on assiste aux soubresauts de la crise européenne. Pourtant, cette question est plus ancienne qu’il n’y paraît et surtout plus complexe et dérangeante. Avant la seconde guerre mondiale, des revues comme « A Muvra », « A Tramuntana » évoquaient l’héritage des grecs et des latins. Puis survint l’irrédentisme italien, ainsi toute aspiration à se replacer dans cet espace fut abandonnée. Les premiers à oser resituer l’île dans un contexte méditerranéen furent les chercheurs et les médias. Ainsi, dans les années 1970, les ethnologues tel que Georges Ravis-Giordani restitueront la Corse et ses spécificités dans son aire naturelle : la Méditerranée. Le magazine « Kyrn », conscient de la force de cet héritage n’hésita pas à ouvrir des tribunes réservées à la découverte du monde méditerranéen. A partir des années 1980, la télévision, sous la houlette de Sampiero Sanguinetti, créa le « Journal des îles » qui traitait également de sujets méditerranéens. Pourtant, cette réappropriation choqua le public et surtout les politiques traditionnels de l’époque qui agitèrent la vieille peur de l’irrédentisme. Aujourd’hui, cette idée est devenue commune, acceptée par tous. Pour autant, la Corse reste encore aujourd’hui en phase de questionnement et non de réalisation. Si, dans le domaine culturel, cette ouverture est assumée, il reste encore beaucoup à construire. Nous avons en effet dépassé les vieilles craintes qui ont longtemps coupé la Corse de son environnement naturel. De nouveau les médias et le politique y ont un rôle capital à jouer. Le questionnement de la Méditerranée ne peut néanmoins s’extraire du dessein européen. Le Corse Paul Valéry, de par son héritage culturel, l’avait subodoré en 1957 : «Avant même que l’Europe actuelle ait pris l’apparence que nous lui connaissons, la Méditerranée avait vu, dans son bassin oriental, une sorte de pré-Europe s’établir dès l’antiquité avec tous ses peuples … », dont la Corse. Aujourd’hui elle ne demande qu’à s’ouvrir et par là-même à se redécouvrir.

lisa

Ingénieur de recherche (contractuelle) à l’UMR CNRS 6240 LISA, Université de Corse Pasquale Paoli pour le projet M3C (Médiathèque Culturelle de la Corse et des Corses) au sein du thème de recherche ICPP (Identité et Culture : les Processus de Patrimonialisation), Lisa D’Orazio a travaillé sur les films amateurs à la Cinémathèque de Corse à la suite d’un Post-doctorat à l’UMR CNRS 6240 LISA de l’Université de Corse mené sous la direction de Mme le Professeur Dominique Verdoni. Docteur en histoire, elle a soutenu sa thèse, sous la direction de Mme le Professeur Maryline Crivello et M. le Professeur émérite Bernard Cousin, intitulée « La Corse au petit écran. Construction d’une identité en Méditerranée : imaginaire, culture et politique (1955/2007) » à l’Université de Provence en 2009.

More Posts