Tchernobyl en Corse, on en parlait déjà deux mois après … Par Lisa D’Orazio pour le journal 24ore

L’actualité de ces dernières semaines, nous révèle une fois de plus encore la colère et le sentiment d’injustice des Corses face à ce que Jean-Charles Chatard et Eliane Parigi ont qualifié de « Mensonge radioactif ».
Le « silence » des « autorités » a parfois rejoint un certain « mutisme médiatique ».
En effet, jusqu’aux années 2000, peu de reportages ont évoqué la situation préoccupante de la Corse. C’est France 3 Corse qui a diffusé le reportage le plus polémique, que la télévision nationale a d’ailleurs refusé de programmer : Corse, le mensonge radioactif, de Jean-Charles Chatard et Eliane Parigi. Ce film est refusé par Envoyé Spécial et ne sera diffusé sur aucune chaîne nationale. Documents officiels à l’appui, le film démontre également le trucage de l’enquête épidémiologique du ministère de la Santé.
Dès 1986, pourtant la télévision touchait du doigt le « mensonge Tchernobyl ». Soir 3 en juillet de cette année diffuse un reportage « retombées de Tchernobyl sur la Corse ». Cependant le reportage ne fait qu’effleurer la question, car le journaliste en toute « bonne foi » parle de « traces légères ». Des mots que le reportage contredit bien évidemment. Il nous est en effet proposé de suivre une mère de famille de Vallica qui part faire examiner ses enfants au Commissariat à l’énergie atomique accompagnée d’un journaliste de Sciences et Vie. En effet, cette éleveuse, dont le lait était contaminé par 5 000 becquerels par litre (10 fois supérieur à la norme européenne), s’inquiétait des conséquences. Le reportage révèle que cet examen, se fait de façon « clandestine » et que les médias ne sont pas conviés. Des examens qui se révèlent positifs bien entendu. La journaliste de Sciences et Vie fait alors, en conclusion, le constat suivant : « La Corse a été particulièrement touchée ». Pourtant à la fin du reportage, on ne recommande comme mesures particulières que de « bien laver ses légumes »…
Un discours qui reste peut-être d’actualité.

lisa

Ingénieur de recherche (contractuelle) à l’UMR CNRS 6240 LISA, Université de Corse Pasquale Paoli pour le projet M3C (Médiathèque Culturelle de la Corse et des Corses) au sein du thème de recherche ICPP (Identité et Culture : les Processus de Patrimonialisation), Lisa D’Orazio a travaillé sur les films amateurs à la Cinémathèque de Corse à la suite d’un Post-doctorat à l’UMR CNRS 6240 LISA de l’Université de Corse mené sous la direction de Mme le Professeur Dominique Verdoni. Docteur en histoire, elle a soutenu sa thèse, sous la direction de Mme le Professeur Maryline Crivello et M. le Professeur émérite Bernard Cousin, intitulée « La Corse au petit écran. Construction d’une identité en Méditerranée : imaginaire, culture et politique (1955/2007) » à l’Université de Provence en 2009.

More Posts